LES SAMOURAïS DE L’éTERNEL BOX 1/3
Yoroiden Samurai Troopers - Japon - 1988
Image plateforme « DVD »
Image de « Les Samouraïs de l’éternel Box 1/3 »
Musique : Osamu Tatsuka
Image : 1.33 4/3
Son : Japonais et français 2.0
Sous-titre : Français
Durée : 312 minutes
Distributeur : Kazé
Date de sortie : 23 mars 2011
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Les Samouraïs de l’éternel Box 1/3 »
portoflio
LE PITCH
Dans un temps ancien, l'Empereur de l'Apocalypse, Argo, fut battu en combat singulier par un samouraï nommé Chaos et sa puissante armure fut démantelée. Banni de la surface de la Terre, Argo se réfugia dans les profondeurs de l'enfer afin de retrouver la force nécessaire à sa vengeance. L'armure impériale du Seigneur du Mal fût divisée en 9 armures, chacune dotée d'une vertu particulière. Pour revêtir l'une de ces armures surpuissantes, il faut au combattant une force spirituelle en...
Partagez sur :
Héros venus du ciel (comme pleins d'autres)

Diffusées chichement en France dans le cadre du famous Club Dorothée, les aventures des pourtant bien nommés Samouraï de l'éternel auront subi de plein fouet la concurrence déloyale des Chevalier du Zodiaque. Cette seule et rapide diffusion ne permettra pas aux très jolis jouets (quoi, qui a dit création marketing ?) de débarquer officiellement chez nous.

Le face-à-face est d'autant plus que logique d'ailleurs que le studio Sunrise (Gundam, Nicky Larson) imagine le destin hors normes de ces guerriers en armures dans le but de s'emparer d'une part de l'aura générée par les compagnons de Seiya. Une opération qui va particulièrement bien fonctionner au Japon, puisque la chaine Nagoya TV n'hésitera pas à en commander une seconde saison (le script du final de la première sera d'ailleurs remanié en conséquence) et que les héros s'offriront même une poignée de Direct-to-Video. Concocté par un collectif d'auteurs chers à la Sunrise, regroupés sous le prête-nom Hajime Yadate,  Yoroiden Samurai Troopers essaye donc de reprendre tous les ingrédients qui ont fait le succès du manga de Masami Kurumada, en suivant les nombreux combats de quelques jeunes samouraïs réveillés pour sauver le monde. Chacun arbore une couleur en accord avec son caractère et le concept primitif qu'il symbolise (le courage pour le feu et donc le rouge, etc.), ce qui lui permet de revêtir dès que le danger se fait trop présent une superbe armure, en l'occurrence ici largement inspirée de celles des mythiques samouraïs. C'est d'ailleurs l'un des aspects les plus réussis de la série, qui contraste avec les occidentaux signes du zodiaque, Les Samouraïs de l'éternel se révélant être un véhicule pas discret pour un sou mais assez poétique des valeurs bouddhistes / shintoïstes.

 

"une invincible ardeur" ?


Et si les cinq camarades altruistes et complémentaires peuvent sembler trop frondeurs et pétris de bons sentiments naïfs, la série, elle, s'écarte souvent du manichéisme facile pour éclairer de manière étonnante les généraux démons venus conquérir notre monde. Un soupçon d'épaisseur dans un animé qui fait la part belle à l'action, en étalant à chaque épisode un combat spectaculaire bourré de « super-nouvelles-techniques-que-t-as-jamais-vues-de-ta-vie » et de « armure protège moi ! » forcément répétitifs - mais comme les japonais ont un certain savoir-faire en la question, cela fonctionne finalement plutôt bien. Entre quelques notes d'humour (bon enfant), des grand sentiments exacerbés et surtout une action joliment soignée (surtout pour l'époque), les 13 premiers épisodes de ce coffret font montre des talents des studios nippons pour réveiller un concept vieux comme le monde, tout simplement en soignant ses encornures. L'oeuvre est dramatiquement prenante grâce à une grande importance laissée aux conséquences de ces combats extraordinaires, et très agréable à l'œil puisque, en dépit d'un design un poil vieillot et trop anguleux (typique de l'époque), Les Samouraïs de l'éternel jouit d'une animation soignée et de dessins d'armures plus qu'évocateurs. Alors certes on remarquera une énergie moins marquée que pour Saint Seiya, une mise en scène plus classique et des musiques aux synthétiseurs à des années-lumière des riffs de guitare de Seiji Yokoyama, mais la nostalgie aidant, on s'y replonge aisément.

Nathanaël Bouton-Drouard






Partagez sur :
 

Image :
Après des années de masters atroces (merci AB), la série retrouve un peu de sa superbe. Certes la copie n'est pas toujours exempte de défauts vidéo (décrochages, bruit...), mais l'image proposée sur ces DVD est une belle surprise avec des couleurs de nouveau vives et des contrastes parfaitement appuyés. Agréable.

 

Son :
Toujours agréable de redécouvrir une série « culte » japonaise des années 80 dans son doublage d'époque (pas forcément folichon) mais surtout avec la possibilité de l'oublier définitivement pour savourer la piste japonaise d'origine. Les acteurs sont bien entendu largement plus doués en VO, les erreurs de placement de voix inexistantes et les dialogues bien moins caricaturaux et crétins. Les deux sont disponibles en stéréo d'origine, plates et fonctionnelles, mais surtout étonnamment propres.

 

Interactivité :
C'est pas vraiment la joie avec tout juste une poignée de model-sheets (images repères pour les graphistes et animateurs) et les habituelles bandes-annonces de l'éditeur. Une petite remise en situation aurait été appréciée.

 

Liste des bonus : Galerie de dessins de production, Bandes-annonces

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021