AMER
Belgique / France - 2009
Image de « Amer »
Genre : Horreur
Durée : 90 minutes
Distributeur : Zootrope Films
Date de sortie : 3 mars 2010
Film : note
Jaquette de « Amer »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Une petite fille effrayée par une villa trop silencieuse; Une adolescente attirée par de mystérieuses présences rôdant dans son village; Une femme qui revient défier ses fantômes sur les lieux de son enfance... Les trois âges clés de la vie tourmentée d'Ana. Entre désirs, réalité et fantasmes.
Partagez sur :
La jeune fille et la mort

Après les vaines tentatives de l'ancien maestro Argento (Mother of Tears... on en rit encore...), difficile d'imaginer que le psycho-thriller à l'italienne pouvait renaître de ses cendres. Un couple de cinéastes belges aura pourtant tenté de nous donner tort.

 

Genre phare des années 60-70 en Italie, le giallo (équivalent maniériste de nos Séries Noires) fut un joyeux désordre fait d'expérimentations, d'opportunisme, de détails scabreux, de meurtres sanglants et d'une jolie poignée de chefs-d'œuvre. C'est ainsi tout un pan du cinéma populaire rital que le duo de jeunes réalisateurs Hélène Cattet et Bruno Forzani souhaitent raviver par le biais d'une lecture hautement personnelle. De la maison écrasante perchée en haut de la colline au casting physiquement très latin, en passant par les reprises appréciables de quelques bande originales inoubliables (La Queue du Scorpion par Nicolai...), le décorum est indéniablement présent. Et si à l'arrivée le duo choisit d'écarter les habituelles trames policières pas toujours très heureuses, c'est qu'ils tendent clairement vers l'épure du genre, un chemin déjà emprunté par Dario Argento au travers de son diptyque Suspiria / Inferno, mais qu'ils poussent dans ses derniers retranchements. La trame est ici on ne peut plus simple : traumatisée dans son enfance, une jeune femme retourne dans son ancienne maison et n'arrive plus à contenir sa folie schizophrène.

 

Linceuls

 

Un canevas réduit à peau de chagrin qui semble le champ idéal pour opérer un travail visuel puissant, qui doit forcément beaucoup à quelques maîtres italiens : multiplication des gros plans, montage cathartique et syncopé, filtres de couleurs rouge et vert pour souligner les effets, inserts répétés jusqu'au vertige, bruitages accentués voire dénaturés.... Amer se visionne comme un voyage sensitif à travers l'esprit malade d'une jeune femme ayant brisé la frontière entre sexe et mort, mêlant réalité et fantasmes macabres. Visuellement maîtrisé, ce film à la fois artisanal (voir l'interprétation très... série B 70's) et expérimental ne laisse malheureusement que peu de place à l'émotion ou au ressenti justement. En soulignant chacun de ces effets de styles, en compartimentant chaque figure comme un signifiant évident, presque comme si Phillip Glass réalisait un film, ce trip psyché mais un peu trop intellectualisé perd justement cette idée de fulgurance, d'immédiateté qui faisait tout le charme des gialli originels. Un peu plus embarrassante est d'ailleurs cette réutilisation du kitsch d'antan (bikers tous droit sortis d'un porno, érotisme digne d'un téléfilm M6), souvent exposé ici avec un premier degré ridicule. Une tentative agréable à l'œil certes, mais qui reste au final bien austère et trop distanciée.

Nathanaël Bouton-Drouard








Partagez sur :
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2019