LES GRIFFES DE LA NUIT
Nightmare on Elm Street - Etats-Unis - 1984
Image de « Les Griffes de la nuit »
Musique : Charles Bernstein
Durée : 35 minutes
Nombre de pistes : 17
Distributeur : Varèse Sarabande
Bande originale : note
Jaquette de « Les Griffes de la nuit »
portoflio
site officiel
LE PITCH
La musique du premier volet des "aventures" de Freddy Kruger, signée par le futur patron de l'Académie de musique de films hollywoodienne.
Partagez sur :
Rendez-vous avec la peur

Fils d'un certain Elmer, Charles Bernstein est une énigme dans l'histoire de la musique de film, un homme invisible dont la carrière, pourtant extrêmement riche (en téléfilms notamment), ne se résume dans l'esprit des cinéphiles qu'au score inoubliable des Griffes de la nuit.

Sorti en 1984 au zénith du slasher, genre populaire encore illégitime d'un point de vue critique (Halloween est alors considéré comme une baudruche pour adolescents attardés par les gardiens de la noblesse cinématographique en dépit de son remarquable exercice de mise de scène), le superbe A Nightmare on Elm Street de Wes Craven tirait parti du film matriciel de John Carpenter et de son indissociable bande originale et parvenait, contrairement aux Halloween suivants, à en enrichir le propos. La menace étant plongée dans l'ombre pendant la quasi-intégralité de la projection, la musique prenait le relais en tant que vecteur horrifique majeur, les thèmes musicaux personnifiant décrivant l'espace scénique, le contexte et la menace bien avant de personnifier les personnages principaux.

Partition texturale

Revisité avec le recul (plus de vingt ans déjà !), ce premier Freddy serait somme toute assez peu novateur si Bernstein, dans un élan créatif assez étonnant, n'envisageait son score comme un poème atmosphérique à part entière, parfois à la limite de la musique complète, multipliant les couches et les textures oniriques comme autant de figures de styles, de rimes significatives. Œuvre de son temps (les synthétiseurs y sont foison, les percussions, étouffées, émanent de séquenceurs d'avant-guerre), la partition survit pourtant à l'épreuve du temps grâce à sa cohérence inouïe et sa concision, fruits de sonorités atonales, industrielles et dangereusement caressantes liées par un motif en arpèges au piano, symbole parfait du Rêve et de ses mystères. Allez, soyons fous : à quand une ressortie collector des superbes Nightmare on Elm Street 2 et 3 de Christopher Young et Angelo Badalamenti ?

Alexandre Poncet


Partagez sur :
 

01 - Prologue
02 - Main Title
03 - Laying the Traps
04 - Dream Attack
05 - Rod Hanged / Night Stalking
06 - Jail Cell
07 - Confrontation
08 - Sleep Clinic
09 - Terror in the Tub

10 - No Escape
11 - School Horror / Stay Awake
12 - Lurking
13 - Telephone Terror
14 - Fountain of Blood
15 - Evil Freddy
16 - Final Search
17 - Run Nancy

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020