MARTYRS
France - 2008
Image de « Martyrs »
Durée : 35 minutes
Nombre de pistes : 22
Distributeur : The Omega Productions Records
Bande originale : note
Jaquette de « Martyrs »
portoflio
site officiel
LE PITCH
France, début des années 70. Lucie, une petite fille de dix ans, est retrouvée errant sur la route. Son corps maltraité ne porte aucune trace d'agression sexuelle. Les raisons de son enlèvement restent mystérieuses. Traumatisée, mutique, elle est placée dans un hôpital où elle se lie d'amitié avec Anna, une fille de son âge. 15 ans plus tard. On sonne à la porte d'une famille ordinaire. Le père ouvre et se retrouve face à Lucie, armée d'un fusil de chasse. Une longue descente aux...
Partagez sur :
descente aux enfers

Bien que sorti en 2008 et ayant fait coulé pas mal d'hectolitres de (sang) encre à l'époque et depuis, le film Martyrs réalisé par le protégé de Christophe Gans, Pascal Laugier, restera comme l'une des œuvres (si ce n'est la principale) les plus radicales, crues, viscérales de ce qui fut assimilée comme la fameuse vague horrifique française durant les années 2000. Un film funèbre et tétanisant auquel la musique composée par Seppuku Paradigm (aka Willie et Alex Cortés) offre un supplément d'humanité poignant. Une bande son qui jusqu'ici n'avait pourtant pas eu les honneurs d'une sortie officielle. Un mal enfin réparé grâce au précieux travail du tout jeune et prometteur label français The Omega Productions Records.

2000, après plusieurs années de frustration, notamment suite au grand retour de l'horreur « bankable » aux Etats-Unis instaurée pour le meilleur et pour le pire avec le Scream de Wes Craven (qui donnera naissance au Neo Slasher), certains réalisateurs français vont tenter le tout pour le tout en essayant d'imposer à leur tour la possibilité d'un cinéma de genre dans l'hexagone. Une initiative ambitieuse somme toute légitime, la France étant un des berceaux du fantastique et de l'horreur, notamment avec le théâtre du Grand Guignol. Ce mouvement donnera d'abord des succès plus ou (très) moins importants ; on pourra citer Promenons-Nous Dans Les Bois (Lionel Delplanque, 2000), Brocéliande (Doug Headline, 2002), Bloody Mallory (Julien Magnat, 2002) essayant chacun difficilement de surfer sur certains succès récents américains (slasher, Buffy et autres monster movie), jusqu'à l'arrivée du Pacte Des Loups de Christophe Gans, et son succès fracassant. Malheureusement, la sauce ne prend finalement pas, et il faudra donc se tourner vers l'émergence de ce qui sera nommé par les anglo-saxons la New French Extremity (la nouvelle vague horrifique française donc) présentant un cinéma souvent qualifié de trash, cru, direct, et surtout très premier degré créant de ce fait régulièrement un sentiment frontal de malaise, dérangeant et viscéral pour le spectateur. Cependant, bien que les images marquent durablement les esprits, les bandes sons accompagnant la plupart des bobines ont tendance à rester empêtrées dans une direction artistique fébrile et s'employant parfois un peu trop à singer une formule mêlant cordes, tonitruances de cuivres éparses et samples éléctro, allant du juste plaisant au particulièrement vain. On notera cependant quelques exceptions et noms notables ayant parfois changeaient la donne en osant l'expérimentation : Sonic Youth/Demonlover, Thomas Bangalter/Irréversible, François-Eudes Chanfrault/Haute Tension, Vinyan, A L'Intérieur, Esbjorn Svensson/Dans Ma Peau ou encore Tindersticks/Trouble Everyday, Jo LoDuca/Le Pacte Des Loups, Saint-Ange, et enfin Seppuku Paradigm pour Martyrs.

 

chemin de croix musical


On aura tout dit du film de Laugier ; noir, jusqu'au-boutiste, nihiliste, éprouvant, en mettant spécifiquement en avant la tonalité « choc » du métrage, tout en oubliant régulièrement de mentionner l'aspect humain (aussi rude, contradictoire, et dramatique soit-il). Une facette qui au final domine la partition, et qui au même titre que le film qu'elle accompagne/transcende (c'est selon) arbore deux visages bien distincts : une basée sur l'horrifique tantôt percutant (Crisis et sa cadence menaçante droite et inévitable), tantôt étouffante et stressante (Attacked In The Bathroom, Gabrielle's Room, The Suffering Is Over, A Night At The Dormitory), et une autre bien plus tournée sur un sentiment de tristesse, de mélancolie, telle une longue agonie plaintive (Lucie's Wounds, Moving Corpses, Embrace, Anna And The Scarred Ghost, Revelations et son mood très 28 Days Later de John Murphy). Bien que désiré à la base par Pascal Laugier comme ayant une affiliation et une texture très 70's dans sa conception et son approche, les parti-pris purement horrifiques ont parfois tendance, comme dans ce type de productions made in France, a trop invoquer les mixs de sonorités ambiantes, dissonantes et/ou tonitruantes, proche du sound design (voire de certains travaux du début de carrière de Marco Beltrami, dont Scream, jump scares orchestraux, cordes de piano tapées, frottements de cymbales et de rares grondements de cuivres à la clé). Cependant, l'idée principale du score se veut de reposer avant tout sur une alternance parfois fragile, parfois brutale de l'horreur physique et de l'horreur psychique. Un traitement aux accents désespérés et intimistes, comme une longue descente aux enfers, mélancolique et à la fatalité inéluctable, au milieu de laquelle perce en de rares occasions de manière très pure une réelle sensibilité et humanité, dans un paradoxe qui questionne sur les relations entre bourreaux et martyr.

 

the Suffering is over


C'est définitivement de par cet axe que les frères Cortès tirent leur épingle du jeu par rapport à toute la production musicale horrifique de cette vague, et ce en instaurant un fil rouge sensible, grave et profond, pas nécessairement sur le plan thématique, mais dans son développement émotionnel. En ce sens, l'enchainement des titres Prologue, Orphan Games, Lucie's Wounds, My Neighbourhood et enfin Your Witness représente et imprime définitivement le cheminement de croix douloureux et intérieur, jusqu'à la « libération », du personnage d'Anna (texte à l'appui sur le poignant Your Witness laissant le spectateur/auditeur transi de par l'expérience qu'il vient de vivre), marquant ainsi un véritable contraste entre la brutalité des images que Laugier impose aux yeux du spectateur, et la triste douceur de la partition de Seppuku Paradigm, notamment avec le fabuleux My Neighbourhood (composé par Golmund), renvoyant presque aux rudes épilogues musicaux de The Grey (Marc Streitenfeld)ou Naissance Des Pieuvres (Para One) qui, même si traités différemment, véhiculent cette même sensation de finalité, d'inéluctabilité, sans artifice, sans explosion instrumentale, juste une retenue presque pudique comme pour mieux imprégner durablement l'auditeur, le laissant la gorge serrée, vidé.

Un voyage éprouvant donc, que le label indépendant The Omega Productions Records (label qui s'emploie à remettre en lumière certains scores 100% français malheureusement oubliés) nous propose d'enfin découvrir « hors images » la bande son du film, inaugurant par là même de manière audacieuse leur collection « Nouvelle Vague Horrifique », sous 3 formats, digital, CD et vinyle (l'édition est splendide), enrichie d'un copieux livret, cependant en tirage extrêmement limitée (1000 exemplaires uniquement). Certains chanceux ont d'ailleurs encore pu se procurer quelques exemplaires en les faisant signer par les auteurs eux-mêmes, puisqu'une rencontre était organisée au mythique Metaluna Store à Paris avec les frères Cortés le 21 Avril dernier. Dès lors, on ne saurait que trop vous conseiller de vous ruer sur les quelques exemplaires restants, mais à écouter un jour où vous avez la pêche quand même, on vous aura prévenu ...

Henri Delecroix














Partagez sur :
 

01. Prologue
02. Orphans Games
03. At Night in the Dormitory
04. Hunting Her Down
05. I Did It!
06. Crisis
07. Flashback
08. Crisis (Reprise)
09. Lucie's Wounds
10. Moving Corpses
11. Gabrielle's Theme

12. Broken Glass
13. Attacked in the Bathroom
14. Gabrielle's Theme (Reprise)
15. Embrace
16. Anna and the Scarred Ghost
17. Rough Burial
18. Enter Mademoiselle
19. My Neighbourhood
20. The Suffering Is Over
21. Revelations
22. Your Witness

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2019