B.P.R.D. TOME 6 - LA MACHINE UNIVERSELLE
B.P.R.D. Volume 6 - Etats-Unis
Image de « B.P.R.D. Tome 6 - La Machine universelle »
Dessinateur : Guy Davis
Scenariste : Mike Mignola, John Arcudi
Nombre de pages : 144 pages
Distributeur : Delcourt
Date de sortie : 18 juin 2008
Bande dessinnée : note
Jaquette de « B.P.R.D. Tome 6 - La Machine universelle »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Après le cataclysme causé par Katha-Hem, demi-dieu invoqué par la Flamme noire, Kate Corrigan entreprend un voyage en France, à la recherche d’un ancien texte qui pourrait ressusciter Roger l’Homoncule, tué durant les événements. Au Q.G. du B.P.R.D., cette disparition renforce le lien qui unit désormais Abe, Liz, Johann et le capitaine Daymio. Tour à tour, ils livrent leur histoire et le secret de leurs origines.
Partagez sur :
Figures de l'absence

Alors que l'on n'en peut plus d'attendre la sortie en octobre de Hellboy 2 The Golden Army toujours signé Guillermo Del Toro, la bande dessinée originale poursuit son petit bonhomme de chemin avec toujours le même talent, même si justement Hellboy est aux abonnés absents.

 

Cela fait maintenant près de six ans qu'Hellboy a quitté le BPRD (Bureau de Défense et de Recherche sur le Paranormal), désormais à la recherche de son identité. Une absence qui s'illustre désormais par de courts récits initiatiques dans la série régulière, mais aussi par la naissance d'une seconde, consacrée justement aux anciens collègues du démon bougon. Liz Sherman, Abe Sapien, Roger l'homoncule, Johann Kraus et Kate Corrigan, rejoints par le paramilitaire Benjamin Daimio, reprennent donc en main les affaires et après des premiers volumes consacrés à quelques courtes histoires, la série à pris son rythme de croisière avec une saga découpée en story-arc autour d'une invasion de monstres-grenouilles envahissant le monde. Avec La Machine universelle la menace semble avoir été écartée mais le combat n'est pas sans conséquence, en particulier avec la mort de Roger (mais un être de pierre peut-il vraiment mourir ?). Après les feux de la bataille, le rythme ralentit et laisse la place à l'introspection avec une discussion tendue entre nos héros autour de la mort et les contacts avec l'autre monde.

5 visages de la peur

Quelques courts souvenirs (dont un avec l'apparition d'Hellboy), qui donnent l'occasion aux scénaristes (John Arcudis développant et étoffant le pitch de Mike Mignola) d'explorer avec talent la psyché des personnages, mais aussi de donner une nouvelle fois une illustration brillante, en quelques pages à peine, des grands mythes humains comme le Wendigo (trois page à chialer) ou le dieu Jaguar Brésilien. Une force narrative indéniable qui permet en outre de passer avec facilité de ces instants intimistes à la « vraie » trame de cet album où Kate Corrigan, à la recherche d'un livre pouvant ressusciter Roger, se retrouve prisonnière d'un étrange marquis français. On y reconnaît parfaitement le sens de la démesure et du grotesque du dessinateur Guy Davis (Les Zombies qui ont mangé le monde, mais aussi... Le Marquis), qui avec son trait fouillé, faussement brouillé mais acéré plonge le lecteur dans le versant macabre du Bal des vampires. Effrayant, drôle, poétique, La Machine Universelle est une petite merveille du 9ème art qui s'achève par cinq superbes planches de Mike Mignola en personne. Décidément au BPRD, il s'en sortent plus que bien sans Hellboy..

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020