TARZAN T.1 : SEIGNEUR DE LA JUNGLE
France - 2021
Image de « Tarzan T.1 : Seigneur de la jungle »
Dessinateur : Stevan Subic
Scenariste : Christophe Bec
Nombre de pages : 84 pages
Distributeur : Soleil
Date de sortie : 24 mars 2021
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Tarzan T.1 : Seigneur de la jungle »
portoflio
LE PITCH
XIXe siècle. Partis en bateau depuis l'Angleterre, Lord John et Lady Alice Greystoke s'échouent sur les côtes de l'Afrique équatoriale. Alice donne peu après naissance à un fils. A la mort de ses parents, il sera élevé par les grands singes et deviendra Tarzan. Le jeune homme sera partagé entre la vie brutale de la jungle et les codes stricts de l'aristocratie anglaise...
Partagez sur :
La jungle nue

Très loin des dernières apparitions hollywoodiennes (le Disney, le film de super-héros de la Warner...), le grand Tarzan revient conquérir les terres sauvages dans une nouvelle adaptation en BD signée Christophe Bec & Stevan Subic. «oh-iih-oh-iih-ooooh-iih-oh-iih-ooooh.»

Figure plus que populaire depuis sa (re)création par Edgar Rice Burrough dans son célèbre roman datant de 1912, Tarzan a depuis connu nombres d'aventures souvent de plus en plus fantaisistes, et plus encore d'adaptations plus ou moins libres et autres copies et parodies. Dire que le brave homme singe n'en est pas à une variation près est certainement un euphémisme, mais dans le petit monde de la BD, peut-être plus qu'ailleurs, le paris semble extrêmement risqué tant les légendaires Russ Manning, Burne Hogarth et Joe Kubert y ont apposé une marque indélébile, une posture, une dynamique et un esprit qui font référence. Scénariste prolifique, amoureux des pulps que l'on connaît pour ses participations à la collection Flesh & Bones, sa relecture du Monde perdu et dont on attend le volume de Conan Le Cimmerien et une relance de Bob Morane, Christophe Bec est loin de s'effrayer pour si peu. La preuve donc avec cette énième adaptation du roman qui se veut effectivement assez fidèle au matériaux d'origine et pas encore envahi par les civilisation perdues et autres amazones qui deviendront le ressort du feuilleton littéraire.

 

Lord of the apes


Le scénariste reste rivée à la tonalité initiale, celle d'un roman d'aventure plutôt réaliste contant les premières année du jeune fils Greystoke élevé par un peuple de grand singe, sa difficulté à y trouver sa place et sa rencontre avec une expédition européenne et en particulier la belle Jane Porter. Une plongée dans un monde mystérieux et sauvage, dangereux et hostile, largement accentué par le travail graphique de Stevan Subic (M.O.R.I.A.R.T.Y, L'Ombre d'antan), mettant largement en avant l'animalité du personnage, la violence à laquelle il est constamment confronté (les singes dévorés par la panthère, l'affrontement contre le grand mâle...) mais aussi l'aspect primitif et inquiétant de la jungle elle-même. Un décor rarement lumineux, le plus souvent plongé dans une pénombre menaçante où les traces d'humanité dénotent plus que jamais. Les pires menaces sont bien entendu les grands prédateurs du règne animal, mais aussi l'homme lui-même, que ce soit la tribu cannibale des hommes gris ou les colons débarquant comme s'ils étaient en terrain conquis. Bec en profite d'ailleurs pour offrir un regard légèrement plus moderne à la naissance de Tarzan, questionnant régulièrement le rapport biaisé de l'homme à la nature, sa suprématie auto-déclaré. Autre ajout permis par la distance des années, l'auteur et son illustrateur ont glissés quelques emprunts à certaines des meilleurs adaptations de Tarzan au cinéma, soit Greystoke La Légende de Tarzan et le bijou Tarzan et sa compagne avec Johnny Weissmuller et Maureen O'Sullivan. Une œuvre de connaisseurs assurément, un bel hommage et un bel album.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021