MARQUéS T.1
The Marked #1-5 - Etats-Unis - 2019/2020
Image de « Marqués T.1 »
Dessinateur : Brian Haberlin
Scenariste : David Hine
Nombre de pages : 176 pages
Distributeur : Delcourt
Date de sortie : 17 mars 2021
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Marqués T.1 »
portoflio
LE PITCH
Après des années sans réelle menace occulte, Les Marqués - ces sorcières modernes recouvertes de tatouages qui sont autant de glyphes magiques - utilisent leurs pouvoirs de manière ludique et vivent comme des Rock Stars, jusqu'au jour où une nouvelle forme de magie hybride, terrifiante et destructrice, apparaît... Elles vont devoir assumer pleinement leur rôle de protecteurs de l'humanité.
Partagez sur :
Peau contre peau

A peine lancé sur les traces du monde Fantasy de Sonata, la petite équipe formée par David Hine et Brian Haberlin, revient sur terre pour lancer une nouvelle série. Marqués où une célébration d'une magie qui marquerait la peau comme le font les plus beaux tatouages. Avec un effet relief en bonus.

Impossible comme entrée en matière de ne pas revenir sur l'approche graphique très atypique de Brian Haberlin, ancien coloriste du tout numérique qui serait devenu en passant à l'illustration proprement dîte une sorte de descendant de Richard Corben. Enfin si celui-ci avait franchit le pas de l'illustration infographique et des images de synthèses. Tout ici a donc été crée et travaillé via informatique et palette graphique, permettant en effet de constamment mettre en valeur les différents glyphes qui ornent la peau des héroïnes et donner naissance à des pouvoirs spectaculaires que n'auraient pas renié un Docteur Strange. Des combats ensorcelés à coups de créatures enflammées, de monstres intangibles et de champs de force qui se prêtent parfaitement aux SFX visuels utilisés. Par contre, là où cette modernité graphique séduisait sur Sonata dans sa manière de donner naissance à un monde lointain, lui offrir un relief presque palpable, en s'appliquant sur un décor beaucoup plus contemporain et réaliste, le rendu est souvent moins évident. Les personnages comme une 3D plaquée manque de crédibilité, de rondeur et ont souvent tendance, bizarrement à se déformer à paraitre grossier.

 

Première couche


D'autant plus dommage que les demoiselles issues de cette communauté wiccan (ou tout comme) sont censée être des plus charmantes, demoiselles fragiles mais courageuses et dernier rempart contre des âmes damnées dont les derniers méfaits dateraient de la Seconde Guerre Mondiale. Avec ses petites airs de Buffy Contre les vampires (il est encore question de Chosen One et de girlpower...), sa manière de plonger dans des pseudo secrets d'état qui revisiteraient l'histoire de l'humanité et les mythes ancestraux, Marqué semble constamment s'engouffrer dans des voie scénaristiques déjà largement explorées par d'autres. A commencer par la grande histoire mutante de Marvel dont finalement nous n'avons ici qu'une adaptation plus gothique et ésotérique, offrant rapidement l'éviction de l'une des jeunes filles, trop attirées par les pratiques hybride, ramène cette dernière dans le giron de militaire beaucoup moins regardant. Une ennemie, un peu malgré elle, une rebelle qui s'égare que l'ont aurait préféré voir devenir l'évocation d'un affrontement entre la tradition et la nouvelle génération, plutôt que cette énième avatar d'un vilain nazi et l'enjeu d'un mini-drame familial peu convaincant. Jamais désagréable mais bourré de maladresses et de raccourcis trop faciles (l'intronisation express de Saskia et son acceptation totale est assez hallucinante...), ce premier album d'une mini-série de deux, offre une introduction privilégiant l'action et les effets pyrotechniques à l'originalité.

Nathanaël Bouton-Drouard




Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021