LE SYNDROME [E]
France - 2020
Image de « Le Syndrome [E] »
Dessinateur : Luc Brahy
Scenariste : Sylvain Runberg
Nombre de pages : 104 pages
Distributeur : Philéas
Date de sortie : 29 octobre 2020
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Le Syndrome [E] »
portoflio
LE PITCH
Un film mystérieux et malsain qui rend aveugle. Voilà de quoi gâcher les vacances de Lucie Henebelle, lieutenant de police à Lille, et de ses jumelles. Cinq cadavres retrouvés atrocement mutilés, le crâne scié... Il n'en fallait pas plus à la Criminelle pour rappeler le commissaire Franck Sharko, en congé forcé pour soigner ses crises de schizophrénie. Très vite, ces deux affaires pourtant éloignées semblent étroitement liées. De la casbah d'Alger aux orphelinats du Canada, les ...
Partagez sur :
L'image qui tue

Nouvel éditeur, ou plutôt nouvelle branche de Jungle, Philéas s'est lancé sur le marché fin octobre avec deux premiers albums. Deux adaptations de romans à succès, Gravé dans le sable d'après Michel Bussi, et ce Syndrome [E] adaptation de la première enquête de Sharko et Henebelle.

Auteur de thriller choyé par les lecteurs français, accumulant les succès de librairie, Franck Thilliez est aussi l'heureux papa de deux héros de polar, Lucie Henebelle lieutenant de police un peu trop absorbée par son métier, et Franck Sharko, commissaire hanté (littéralement) par la mort de sa femme et de sa fille. Tout d'abord apparus séparément dans leurs enquêtes respectives, ils finirent par se croiser enfin dans le roman Le Syndrome [E] en 2010. Ils deviennent alors un nouveau couple d'enquêteurs célèbres, duo rejoignant une grande tradition du genre, renvoyant autant aux Beresford d'Agatha Christie qu'aux Kenzie / Gennaro de Dennis Lehane. Six romans déjà, mais leur destin en BD en repasse forcément par l'ouvrage inaugural, central. Une affaire particulièrement sombre, où les meurtres du présent renvoient aux cadavres du passé, avec comme point de départ un film secret et maudit qui rend aveugle, quelque-part entre Ring et Tesis. Un soupçon de snuff qui croise la Nouvelle Vague, une trame diaboliquement paranoïaque où, comme le veut cette belle tradition là encore, le mal puise ses racines dans le fumier du fascisme et de la France de Vichy.

 

associés contre le crime


Pas forcément évident d'ailleurs de résumer les 400 pages du pavé en un seul et unique album, et ce même s'il fait une petite centaine de page lui-même. Un pari qui n'a sans doute pas effrayé Sylvain Runberg, scénariste stakhanoviste, qui a déjà largement démontré ses capacités à s'emparer d'œuvres littéraires fleuves (au hasard Millénium) tout en les pliant à la grammaire, au rythme et aux règles de la BD. C'est d'ailleurs ici assez impressionnant, puisque malgré l'épurage nécessaire, l'atmosphère, les grandes lignes et le tempo du roman sont intacts, avec même un soupçon d'efficacité supplémentaire. L'affaire se lit d'une traite, captivante et tendue, et les relations opaques avec les philosophies d'extrême droite, les expérimentations sordides et le réalisme dans lequel les personnages sont incarnés renvoient directement à de nombreuses publications plus personnelles comme le récent On est chez nous. Un équilibre maintenu entre le respect du modèle et la création plus personnelle qui fonctionne à merveille jusqu'à une dernière planche glaçante qui rend l'attente jusqu'aux prochains Gataca et Atomka (déjà annoncés) plus savoureuse encore. Runberg sera bien entendu de la partie. Tout comme l'illustrateur Luc Brahy déjà bien connu pour ses polars et thrillers (Oukase, Climax, Étoilé...) dont le style semi-réaliste très marqué par une certaine tradition franco-belge, ne cesse de se perfectionner, de s'affiner. S'il manque parfois ici quelques prises à partie stylistiques, un peu plus de risques dans le choix des couleurs, Le Syndrome [E] sait parfaitement quand faire rejaillir sa violence et sa part d'ombre.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021