TRANSFORMERS VOL.1
Transformers #1-6 - Etats-Unis - 2019
Image de « Transformers Vol.1 »
Scenariste : Brian Ruckley
Nombre de pages : 144 pages
Distributeur : Vestron
Date de sortie : 28 août 2020
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Transformers Vol.1 »
portoflio
LE PITCH
Cybertron, la planète d’origine des Transformers avait tout d’un monde utopique, jusqu’à ce qu’un assassin fasse basculer dans une guerre ouverte entre Autobots et Decepticons…
Partagez sur :
Optimisé

Bien loin des blockbusters boursoufflés, hystériques et franchement abrutis de Michael Bay (certain ne se sont toujours pas remis de Bumblebee urinant sur John Turturo), les comics officiels de Transformers savent se montrer beaucoup plus respectueux des racines de la licence. Ce qui ne veut pas dire que ce premier album français ne va pas nous surprendre.

Cela faisait plus de quinze ans que les vrais Transformers n'avaient pas fait un petit tour du coté des comics en France. Profitant d'une remise à plat de la série par IDW aux USA, Vestron ne propose pas seulement une relance du titre par chez nous, mais plutôt ce qui ressemblerait à une offensive totale. Avec pas moins de trois collections. Transformers Galaxies et ses récit complets qui gravitent autour des personnages principaux, Transformers Série dérivée qui compilera les nombreux crossovers avec d'autres licences tout aussi iconique (le premier sera Transformers Vs. Terminator, on bave déjà) et bien entendu la série centrale "on going" qui pour une fois ne nous rejoue pas la carte de l'affrontement terrestre. Et c'est tant mieux ! Crée en 1983 par Hasbro et Takara la marque Transformers fut abordée sur deux supports principaux, les jouets et le dessin-animée (de manière que l'on ne sache plus qui vend l'autre) vite rattrapé par les BD américaines, mais où l'essentiel reposait naturellement sur des affrontements entre Autobots et Decepticons sur notre bonne vieille planète et sous le regard de gamins courageux servant de réceptacle au regard fasciné des jeunes spectateurs / consommateurs. Depuis Transformers s'est largement étoffé, et pas uniquement en gammes de jouets, et la première qualité de ce reboot imaginé par Brian Ruckley (Rogue Trooper, Highlander) est de revenir aux sources du conflit, une bataille dont la terre n'était d'ailleurs qu'un simple écho.

 

Machines qui pensent


Retour sur Cybertron donc, planète mécanique aux paysages futuristes et aux airs de paradis technologique où l'ordre établi semble être remis en cause par des groupuscules extrémistes de plus en plus violents, et par un mouvement d'opposition mené par un certain Megatron. Sous le regard du nouvellement crée et sensible Rubble, accompagné de son mentor Bumblebee, le lecteur découvre alors pas à pas ce nouvel environnement marqué dès le premier chapitre par le meurtre de l'un d'eux... Ceux qui pensaient découvrir là un gros comics plein d'action, de transformations improbables et de personnages manichéens, vont tomber de haut, puisque sous ses dehors visuels un peu léger, ce Transformers est bel et bien un réçit de politique-fiction qui décrit la montée en tension d'un empire aux pieds d'argile. Entre la vision de quelques merveilles de leur civilisation (la lune et son déploiement d'énergie) et l'évocation de ses cycles de vie qui ressemblent à une religion apaisée et philosophe, l'album progresse comme un mini-polar qui aurait pour toile de fond un renversement gouvernemental en préparation. Les oppositions entre Optimus Prime et Megatron ne sont donc pas une question de muscles et d'huiles de vidange, mais des débats politiques où l'un se repose trop sur le status quo, tandis que l'autre profite de la peur du terrorisme pour asseoir sa nouvelle popularité. Bien entendu il ne s'agit que de grosses machines transformables et toutes ressemblances avec notre monde contemporain serait totalement dûe aux hasards.

Une belle marque de respects pour les grands fan de Transformers et un point de départ idéal pour les curieux. Il est cependant déconseillé de la faire lire à Michael Bay et son équipe de scénaristes, ça risquerait de leur provoquer une attaque cérébrale.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020