OMBRANE
France - 2020
Image de « Ombrane »
Dessinateur : Julien Hanoteaux
Scenariste : Bastien Lextrait
Nombre de pages : 64 pages
Distributeur : Akileos
Date de sortie : 27 juillet 2020
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Ombrane »
portoflio
LE PITCH
À travers les propos d’un conteur, nous vous proposons de suivre l’épopée tragique d’Ombrane, une mystérieuse créature éphémère née de la nuit, destinée à arpenter le monde et assister au déclin du royaume des Hommes, avant de disparaître avec eux. Durant son voyage, elle liera un attachement profond à ces derniers et partagera leurs émotions qui iront des plus petites joies du quotidien aux plus grandes peurs existentielles.
Partagez sur :
éphémère

L'une des missions que semble s'être alloué Akileos est de découvrir de nouveaux auteurs et artistes aux sensibilités toutes particulière. Entre la traduction du comics online Space Boy et la réédition du punk destroy Apocalypse selon Lola, voici le tout fragile Ombrane. Un premier album par deux noms que l'on va manifestement rapidement être amené à revoir.

Ce qui touche immédiatement avec Ombrane se sont ses petits airs de rien. Tout y semble minimaliste, délicat, vaporeux, presque éthéré, porté par une narration toute simple venu du fond des âges. Un vieil homme raconte aux gamins qui l'entourent une ancienne légende d'une créature nées des ombres qui va traverser le monde, forêts, déserts, villages, villes, et rencontrer quelques êtres humains parfois simplement occupés à vivre leur vie, parfois envoyés en guerre contre une menace lointaine. De grands yeux, une robe flottante, des airs d'enfant perdu, la demoiselle muette est surtout témoin de l'effondrement progressif d'un monde humain entre médiéval et fantasy, un monde de mythes... Mais sans doute que le vieux Johl nous raconte autre chose ici puisqu'en parallèle de ces séquences qui glissent d'un bleu nuit à un rouge flamme, d'une contemplation apaisée à une atmosphère plus violente et angoissante, un jeune garçon entame son pèlerinage vers l'ancien monde, mort et recouvert de glace.

 

entre ombres et lumières


Entre ce monde étrange et le décorum postapocalyptique qui le contrebalance, Bastien Lextrait délivre une épopée en note mineure, aussi poétique que mélancolique, source d'espoir et de désespoir, où la frontière entre le conte et la réalité s'estompe constamment. On n'est jamais très loin de la fable morale dans Ombrane, mais où les valeurs approchées, les réflexions portées ne sont caressées que par la personnalité mystérieuse de la créature. Simple témoin d'une civilisation qui s'écroule (les créatures voraces ne semblent l'apercevoir qu'à peine) ou agent de cette destruction en court (n'est-elle qu'une personnification de la mort ?) son essence parcourt l'album avec une ambiguïté constante. Une BD pas comme les autres qui se détourne d'une narration classique et d'une scénarisation trop explicative et donne ainsi une très belle part de liberté et d'expérimentation à l'illustrateur Julien Hanoteaux. Entre la peinture de livres pour enfants, avec cette naïveté particulière du trait, et l'expressivité de l'animation, il apporte un travail impressionnant sur les variations de couleurs, les atmosphères et les jeux de lumières qui entraînent aisément le lecteur dans ce one shot aux accents magiques et réflectifs. Un adieu à une certaine forme d'innocence, une évocation du pouvoir autodestructeur des hommes... La fin ouverte n'est sans doute pas là pour annoncer sur une suite, mais surtout pour laisser le lecteur s'interroger sur le regard triste de la petite Ombrane.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020