MAGIC THE GATHERING - CHANDRA T.1
Magic The Gathering Chandra #1-4 - Etats-Unis - 2018 / 2019
Image de « Magic The Gathering - Chandra T.1 »
Dessinateur : Harvey Tolibao
Scenariste : Vita Ayala
Nombre de pages : 96 pages
Distributeur : HI Comics
Date de sortie : 18 mars 2020
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Magic The Gathering - Chandra T.1 »
portoflio
LE PITCH
Après la terrible défaite des Sentinelles, Chandra est plus déterminée que jamais à défendre les plans du Multivers et protéger les plus faibles. Mais une menace surgie de son passé plane sur elle et la légendaire Planeswalker doit faire face à ses démons, qu'il lui faudra affronter avec bien plus que quelques tours de pyromancie.
Partagez sur :
réassemblage

Pas loin de la trentaine, le jeu de cartes Magic The Gathering reste une valeur sûre qui a su faire fructifier ses univers et explorer ses différents personnages par le biais de produits dérivés des plus variés. Classique, tout comme l'apparition de ce comic, l'un des rares a avoir eu les honneurs d'une traduction française.

Car si aux USA et dans de nombreux autres pays, Magic The Gathering est un gigantesque succès, en France le jeu de carte reste un indémodable, mais de niche. Panini avait tenté en 2013 de proposer l'une des séries centrales, sobrement intitulée Magic The Gathering, mais l'opération s'essouffla dès le second album. Souhaitons une plus grande longévité à l'initiative de Hi Comics, branche BD de Bragelonne, qui semble justement bien plus à même de mettre e type de titre en avant. D'autant plus que c'est bien ce dernier qui est en charge désormais de la licence littéraire et qui édita en juillet dernier le roman La Guerre de l'étincelle auquel Chandra: Les Fantômes de Ravnica fait directement écho. L'aficionado retrouve donc la légendaire Chandra, héroïne atypique de l'univers Magic puisqu'elle est une Planeswalker, l'une de ces sorciers capables de passer d'un plan d'existence à l'autre (un moyen trouvé par les scénaristes maison pour faire cohabiter toutes les écologies disparates des collections de cartes). Une pyromage (ou pyrotechnicienne) marquée par la perte de certains de ses amis et collègue lors de leur ultime affrontement contre le terrible Nicol Bolas, et qui se lance à corps perdu dans son role de sauveuse de la veuve et l'orphelin quitte à se perdre et s'épuiser.

 

Flammèche


Une trame qui sert autant de lien avec la chronologie dîte officielle, mais aussi d'introduction à ce personnage encore bien jeune et à l'univers de Magic dans son ensemble. Une mission pas forcément aisé pour Vita Ayala (Supergirl, Submerged, The Wilds) qui s'efforce de placer un peu d'émotion, un peu de psychologie rudimentaire dans une succession de combats magiques, d'explorations zapping et de missions éclairs. Ca va souvent vite, trop vite, et reste constamment en surface sans vraiment prendre le temps d'installer des enjeux plus convaincants qu'une confrontation métaphorique avec sa propre douleur. Pas désagréable, l'album s'empêtre cependant bien souvent dans ses multiples références dramatiques, dans ces visites de bestiaires / cartes, là où une trame véritablement indépendante aurait sans doute bien mieux réussi à faire découvrir la demoiselle. Heureusement la partie graphique, l'une des grandes qualités des cartes mais aussi des extensions, est une fois encore particulièrement présente avec des planches détaillées et énergiques signées Harvey Tolibao. Un artiste d'origine philippine aperçu sur quelques titres X-Men, Green Lantern ou sur le volume Danger Girl Trinity qui retrouve aisément une part de la finition des illustrations canoniques des cartes tout en y apportant une dynamique comic adéquate. Du bon produit dérivé, mais qui reste du produit dérivé. Pour les fans essentiellement.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020