ALIENS DEFIANCE T.1&2
Aliens : Defiance #1-12 - Etats-Unis - 2016/2017
Image de « Aliens Defiance T.1&2 »
Scenariste : Brian Wood
Nombre de pages : 288 pages
Distributeur : Vestron
Date de sortie : 9 mars 2020
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Aliens Defiance T.1&2 »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Jeune recrue du corps des Colonial Marines, Zula Hendricks va devoir affronter ses démons du passé alors qu’elle lutte pour survivre face à des créatures d’origine inconnue en compagnie des synthétiques de la Weyland-Yutani. Les ordres qui suivront mettront en doute sa loyauté, alors que de terribles événements se préparent…
Partagez sur :
Fin de stase

Entre un spin-of burné de Terminator et l'une des extensions les mieux senties de Robocop, Brian Wood s'est aussi intéressé au mythique Aliens avec en point de mire une maxi-série, Aliens Defiance, qui entend bien bousculer la coutume du simple thriller horrifique. Dans l'espace quelqu'un vous entendra-t-il vous rebeller ?

L'éditeur français Vestron a eu une bonne idée lorsqu'il s'est mis en tête de réunir toutes les créations sous licence cinéma du scénariste Brian Wood. Un auteur plutôt talentueux ou en tout cas toujours intéressant dans ses créations (DMZ, Northlanders, The Massive) que dans ses choix de reprises (Conan, Moon Knight) qui a trouvé une terre d'accueil fructueuse du coté de Dark Horse, et en particulier sur les titres Aliens dont il est le meneur depuis 2016. Aliens Defiance n'est donc pas seulement un nouveau titre, mais bien une nouvelle impulsion à cette univers, autrefois cinématographique, que Wood maitrise parfaitement. Il installe ici sa nouvelle ligne narrative quelques part entre le film de Ridley Scott (le premier pas les trucs bizarres plus récents) et le Aliens de James Cameron, mais aussi juste en amorce du jeu Alien Isolation avec une Amanda Ripley que l'on retrouvera survivante dans les séries suivantes. Un petit jeu de piste pour les amateurs, mais qui n'est jamais hermétique aux nouveau venus... en tout cas pas sur ce point là. Amateur des chronologies biaisées, des ellipses un peu sauvages et des révélations tardives le scénariste a en effet un peu tendance à en abuser dans les douze chapitres de Defiance (réunis en deux trade paperback par Vestron) quitte parfois à perdre un peu le lecteur ou en tout cas à l'obliger à une certaine distance.

 

espace personnel


Un léger pas de biais qui va pourtant à l'encontre des efforts fournis pour imposer durablement sa nouvelle héroïne, Zula Hendricks, une Colonial Marines marquée autant par sa couleur de peau que par sa petite taille et surtout son récent handicap (une colonne vertébrale esquintée), et qui fait d'elle autant une paria qu'un outil de seconde main pour la Weyland-Yutani. C'est pourtant ce statut qui va lui permettre d'être confrontée pour la première fois à un alien, mais aussi de rencontrer Davis, un androïde qui récréer lui-même ses lignes de codes en voie de devenir plus humain... Des thèmes souvent croisés dans Alien, cette barrière si tenue entre la perfection et la monstruosité, l'individualité et l'espèce, que Brian Wood pousse vers des voies plus profondes encore. L'équipage formé de Zula, Davis, rejoint ensuite par le Docteur Hollis (infectée par une reine) ne se satisfait d'ailleurs pas de survivre et passe rapidement à l'offensive contre leur ancien patron / propriétaire en prenant pour mission de parcourir les bases alentour afin d'éliminer tous les xénomorphes afin d'empêcher qu'ils tombent entre les mains de la firme. Une aventure souvent martiale, pas loin non plus du thriller politique, mais toujours avec cette menace omniprésente, cette tension carnassière qui se dote sous les illustrations ultra texturées de Tristan Jones d'une étrange noblesse organique. Les apparitions, souvent en masse, de la créature sont d'ailleurs particulièrement impressionnantes et menaçantes sous son regard. Bien plus en tout cas que la poignée d'illustrateurs qui va se relayer pour l'autre moitié des épisodes, beaucoup plus fonctionnels et moins caractéristiques. Un défaut récurrent dans les comics qui réduit un peu l'impact d'Aliens Defiance, mais un peu seulement. Car Brian Wood veille au grain et amène sa série exactement là où il l'avait prévu, installant deux personnages forts et aux liens étonnants, prêts à se lancer dans un nouveau mandat : Aliens Resistance.

Nathanaël Bouton-Drouard



Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020