DIE ! DIE ! DIE ! T.1
Die ! Die ! Die ! #1-8 - Etats-Unis - 2018
Image de « Die ! Die ! Die ! T.1 »
Dessinateur : Chris Burnham
Nombre de pages : 192 pages
Distributeur : Delcourt
Date de sortie : 22 janvier 2020
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Die ! Die ! Die ! T.1 »
portoflio
LE PITCH
Nous vivons dans un monde dangereux. Heureusement, il existe, au sein du gouvernement américain, un groupe au-dessus des lois qui missionne des assassins pour influencer les événements et rendre le monde plus vivable. Attention si vous faites quelque chose de mal ou simplement si vous êtes au mauvais endroit au mauvais moment, on pourrait bien décider de donner l’ordre de vous éliminer.
Partagez sur :
Die Harder

Juste le temps de verser une petite larme, de poser le dernier tome de Walking Dead sur l'étagère que Kirkman nous glisse entre les doigts le totalement destroy Die ! Die ! Die !, véritable déversement de tripes, de balles sifflantes et de mauvais goût. Un bon coup de fouet.

Toujours étonnant de voir comment entre le final tout juste digéré d'Invincible, celui en préparation pour le cultissime Walking Dead et les ongoing Outcast et Oblivion Song, Robert Kirkman réussit à glisser dans son planning le lancement d'une nouvelle série. Un titre composé cette fois-ci avec le camarade Scott M. Gimple (producteur et scénariste sur les dérivés télé de Walking Dead), mais dans le plus grand secret. Pas de grandes annonces dans les publications d'Image Comics, pas d'affiches gigantesques dans les comics shop ni de tournée des Comic-Con, ils ont ici misé sur la discrétion et l'effet de surprise, en livrant directement (et gratuitement semble-t-il) les librairies avec le premier numéro et une note d'intention de Kirkman à l'attention des professionnels : « Il y a quelque chose de magique dans le fait d'aller dans un magasin de BD. Pour moi, l'apogée de cette magie était au début des années 90, quand j'avais environ 13 ans. À l'époque, vous ne saviez pas ce qui allait sortir des mois à l'avance. Il y avait des publicités dans les bandes dessinées, bien sûr, mais quand vous entriez dans une boutique de BD et que vous regardiez dans le bac des nouveautés, il était plein de ce quelque chose qui fait aujourd'hui défaut à l'industrie de la bande dessinée... DES SURPRISES ».

 

bullets time


Tout est dit et les surprises ne s'arrêtent pas à l'opération de distribution mais aussi à la facette très méconnue du bonhomme, versant plus généreusement que jamais dans le trash, le gore, la violence gratuite et le politiquement salement incorrecte. Il y a bien entendu une large couche de Garth Ennis dans ce flot ininterrompu de cervelles éclatées et d'orgies de vieilles peaux, pas très loin d'une version The Boys de Mission Impossible où Tom Cruise serait enfin remplacé par des assassins triplés poussant l'esprit de compétition un peu trop loin. Une BD d'action totalement barrée et nerveuse à souhait dans laquelle jubile l'artiste Chris Burnham (Batman Incorporated) s'engouffrant sur les traces crasseuses d'un Darick Robertson porté par la frénésie d'un Juan Jose Ryp, enfin maitre d'œuvre d'une série au long cours. Méchamment drôle, sadique et irrévérencieux, Die! Die ! Die ! (ce titre de malade) n'est cependant pas uniquement un défouloir qui s'effeuille à vitesse grand V, mais aussi une farce politique où l'arrivée intempestive d'aliens (oui, il y a ça aussi) n'empêche pas comme toujours avec les univers de Kirkman de décrypter le monde réel. Par le biais de l'absurde bien entendu, mais cette description outrée des coulisses du pouvoir, des affrontements idéologiques, cette tentative d'assassinat d'un Barak Obama obligé de faire un coup d'état pour empêcher un opposant orange de prendre le pouvoir et la sensation constante d'être au bord d'une apocalypse grotesque sonnent bizarrement juste. De quoi rire jaune. Mais fort.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020