DONJON ZéNITH T.7 & DONJON ANTIPODES - 10000
France - 2020
Image de « Donjon Zénith T.7 & Donjon Antipodes - 10000 »
Nombre de pages : 104 pages
Distributeur : Delcourt
Date de sortie : 8 janvier 2020
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Donjon Zénith T.7 & Donjon Antipodes - 10000 »
portoflio
LE PITCH
Pour reconquérir le Donjon tombé aux mains de Guillaume de la Cour, le plan est simple : Marvin, Isis et Herbert doivent trouver du fugus purit et l’utiliser pour déloger les occupants actuels de la forteresse. Mais est-ce vraiment le plan du Gardien ? Nos héros vont devoir lutter contre tous pour sauver le Donjon. Et en parallèle, Marvin réussira-t-il son Tong Deum de fiançailles ?
Partagez sur :
Journées du patrimoine

On croyait les portes de la demeure définitivement scellées, mais Joann Sfar, Lewis Trondheim s'étaient laissé une petite fenêtre ouverte sur l'arrière cour. Et 2020 signe la grande relance de cet univers bigarré et délirant avec le grand final (très attendu) de Zénith et le premier album du tout nouveau Donjon Antipodes.

Pourtant lorsqu'en 2014 après 37 tomes et quelques friandises le duo achevait la branche Crépuscule de Donjon, glissant les clefs des lieux sous le paillasson, la messe était dite. Malgré les nombreux projets de l'un et de l'autre, au cinéma comme en BD, l'envie a dû les titiller puisque leur univers repart de plus belle cette année avec pas moins de sept albums annoncés pour les mois à venir. L'occasion mine de rien de venir conclure en catimini le tronc central, Donjon Zenith dont le précédent album datait de... 2007 ! Malgré les années Hors des rempart lui emboite directement le pas retrouvant Marvin, Isis et Herbert toujours occupés à chercher une solution pour dégager Guillaume de la Cour du donjon et se libérer ainsi de leur devoir. Et forcément rien ne va être simple entre un champignon à la puanteur fendant la pierre et un réseau administratif magique défendu par des dieux, seul l'amour et la chance vont permettre d'obtenir un authentique Happy End. Toujours écrit par Sfar et Trondheim et illustré par Boulet (Le Miya, La Rubrique scientifique de Tchô !) l'aventure a des petits airs d'apaisement, de départ relativement serein après la pluie de gags des pérégrinations de la bande. Une jolie manière de s'éclipser et de laisser la place au nouveau concept : Antipodes.

 

à la niche


Soit les occupants (probables) et les défenseurs (malgré eux sans doute) du fameux donjon mais situés ni plus ni moins qu'à 10 000 ans dans le passé et/ou 10 000 ans (enfin albums car c'est l'unité de mesure choisie par ses créateurs) dans le futur. Blague mise à part la frise chronologique de Donjon doit prendre beaucoup de place sur le mur de leur atelier !
A l'extrémité gauche de cette longue bande annotée se situe donc le premier L'Armée du crâne offrant une vision presque plus classique de cette Fantasy débridées avec des peuplades directement héritées des ouvrages de J.R.R. Tolkien. Mais bien entendu Sfar, Trondheim et leur illustrateur talentueux Grégory Panaccione (Chronosquad) ne s'intéressent qu'assez peu à ces peuplades guerrières préférant recentrer leur narration sur deux amis à quatre pattes, l'un élevé dans la puanteur des orcs, l'autre dans l'opulence magique des elfes. Un duo improbable, bavard mais forcément très bruyant pour les humanoïdes qu'ils croisent, qui se lance dans une quête vengeresse délicieusement rocambolesque aux airs de fable voltairienne... Avec beaucoup plus de morts stupides, gratuites et de tripes mâchouillées. Un premier tome particulièrement réussi qui impose sa légère naïveté canine malgré le charnier d'un âge sombre où la mort frappe à presque chaque case avec la rigueur d'un sketch des Monty Python. On suspecterait d'ailleurs les auteurs de placer aux détours de quelques gags visuels des indices sur la proéminence à venir des héros anthropomorphes. Il manquerait plus que Donjon devienne logique.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020