TARZAN : L'INTéGRALE RUSS MANNING NEWSPAPER STRIP VOL .3
Tarzan: The Complete Russ Manning Newspaper Strips - Etats-Unis - 1971 / 1974
Image de « Tarzan : L'Intégrale Russ Manning Newspaper Strip Vol .3 »
Dessinateur : Russ Manning
Scenariste : Russ Manning
Nombre de pages : 296 pages
Distributeur : Graph Zeppelin
Date de sortie : 29 novembre 2019
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Tarzan : L'Intégrale Russ Manning Newspaper Strip Vol .3 »
portoflio
LE PITCH
En 1967, l'entreprise qui gère le fonds du créateur de Tarzan, la Edgard Rice Burroughs Inc, fait appel à Russ Manning pour prendre en charge la production des bandes dessinées (comic strips) qui paraissent quotidiennement dans la presse, avec comme condition que celles-ci soient en harmonie avec la vision du créateur. Assisté de Bill Stout, Mike Royer et Dave Stevens, Manning illustre 9 histoires complètes en noir et blanc, découpées en bandes, à paraître quotidiennement (dailies) et...
Partagez sur :
Dernières terres sauvages

Des années 60 à la décennie suivante, Graph Zeppelin continue la traduction française de l'intégrale des Strips de Tarzan signés par l'honorable Russ Manning. Un monument de la BD américaine célébré une fois encore par un superbe album avec tranche toilée, des textes de présentation, des documents d'archive et des planches restaurées avec soin.

Désormais intronisé comme Le meilleur artiste ayant orchestré les aventures dessinées de Tarzan, Russ Manning tente de résister aux changements économiques des années 70 (merci Nixon) et la perte budgétaire des journaux locaux et nationaux qui impactent directement sur sa production. Les diffuseurs sont de moins en moins nombreux et l'artiste doit multiplier les astuces pour conserver le titre et gagner sa croûte. D'où cet intérêt croissant pour ce nouveau format "Album" venu d'Europe pour lequel il va remanier et coloriser certaines de ses publications les plus célèbres, mais la reconnaissance se fera alors surtout à l'étranger avec quatre titres dont la publication reste chaotique aux USA. Reste que Manning sait humer le vent tourner et se révéla bien souvent assez malin. En particulier lorsqu'ils s'agit de se faire envoyer gratuitement un Zodiac flambant neuf armé de son moteur hors-bords performant sous prétexte de le dessiner sous toutes les coutures dans les pages de Korak dans les rapides du N'Yanza. Outre l'opportunité d'étoffer considérablement les vacances familiales, cette aventure dédiée au fils de Tarzan qui ouvre les pages du présent album montre, avec son équipe de tournage sans morale mettant en boite une aventure africaine aux airs de survival presque réaliste (il y a tout de même une plante carnivore géante en bout de route), une proximité relative avec la mode cannibale à venir d'Italie.

 

africansploitation


Ses trips ne changent pas drastiquement mais évoluent avec l'air du temps laissant la part belle à des femmes toujours aussi rapidement en aillons et bikinis mais beaucoup plus affirmées, ne répondant plus forcément au rôle de la femme en détresse ou de la terrifiante manipulatrice. Dans Tarzan retourne à Pal-Ul-Don les couples inter-espèce les plus improbables se multiplient sans que cela ne pose question à qui que ce soit ; dans Korak et la cité de Xuja une famille hippie pense trouver un paradis sans pollution loin de la civilisation tandis que quelques pages plus loin des noirs venu de la ville traite Korak de petit sauvage et prennent le pouvoir dans une tribu barbare. Le temps du manichéisme bon enfant est bel et bien loin derrière, pourtant Manning manie toujours avec la même énergie, la même noblesse, un art célébrant le mouvement, l'action et l'exotisme, multipliant les mondes perdus et sauvages, les créatures étranges et les dinosaures géants que célèbrent au même moment sur grand écran un certain Ray Harryhausen. Une même idée du merveilleux qui malheureusement ne fait plus vraiment recette sous ce format allongé. Ce troisième album de l'intégrale contient ainsi les toutes dernières pages du strip hebdomadaire et sa conclusion nostalgique en forme de retour au sources, laissant aux plus rares, mais colorisées, pages dominicales le soin de poursuivre (quelques temps encore) la légende. Une page se tourne.

Nathanaël Bouton-Drouard






Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020