CHOCOLATE VAMPIRE T.1 & 2
チョコレート・ヴァンパイア - Japon - 2016 / 2017
Image de « Chocolate Vampire T.1 & 2 »
Dessinateur : Kyoko Kumagai
Scenariste : Kyoko Kumagai
Nombre de pages : 384 pages
Distributeur : Soleil
Date de sortie : 30 octobre 2019
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Chocolate Vampire T.1 & 2 »
portoflio
LE PITCH
Chiyo, simple humaine, et Setsu, issu d’une puissante famille de vampires, ont grandi ensemble et de leur amour est né un pacte du sang. À l’adolescence, leur lien se distend mais la jeune fille accepte toutefois de rester la source de vie de Setsu, en échange de son aide pour retrouver les vampires responsables de la mort de ses parents. Entre complots, rivalités amoureuses et canines aiguisées, Chiyo va tout faire pour regagner son indépendance.
Partagez sur :
Twillighté

Autrice que de nombreux lecteurs de Shojo manga connaissent et apprécient déjà, Kyoko Kumagai délaisse un peu ses romances fraiches et légères pour s'adonner aux chroniques vampiriques. Bien entendu les grands sentiments ne sont jamais loin, mais assujettis aux lois du sang.

Comme beaucoup de mangaka qui pratiquent le shojo (soit le manga « pour filles » même si les frontières sont désormais plus ténues), Kyoko Kumagai aime les personnages adolescents, les jolis garçons mystérieux et espiègles et les jeunes filles non pas naïves, mais qui ont souvent du mal à assumer leurs sentiments. Clairement les premières pages de Chocolate Vampire (le titre grave abusé) s'adonne sans vergogne à tous ces clichés, qui retrouvent bien entendu leurs équivalents dans une approche graphique tout en juvénilité, en yeux qui brillent et en fanfreluches. Les dessins sont délicats, les décors épurés, le découpage oscille entre la petite nervosité de l'action et la contemplation mélancolique, mais Kumagai va pourtant graduellement surprendre le lecteur en triturant habilement l'équilibre qui constitue le couple Chiyo / Setsu présenté de prime abord comme forcé et subit. Elle est une humaine chasseuse de vampire, lui un suceur de sang issu d'une grande famille, mais leur relation effectue une dance oscillatoire entre le rejet (Chiyo veut se débarrasser du pacte), l'attraction et, plus concrètement dans le second volume, la naissance d'un désir charnel pas forcément assumé.

 

chaud cacao


Un soupçon de sensualité en plus, d'autant plus réussi qu'il est marié a une nette ambivalence sirupeuse, une approche presque douteuse des relations dominant / dominé, propre au manga pour adolescente en fleur. Un manga qui peut donc donner des vapeurs (et pas qu'aux demoiselles), mais qui ne serait sans doute pas aussi efficace si l'autrice n'avait pas aussi bien solidement conçu son univers. Les vampires certes on connait, mais ils cohabitent ici naturellement avec les humains, dont les relations sont régulées par des règles claires et une stratification pas si éloignée du véritable monde. Il y a quelque chose de la lutte des classes qui se dessine dans ce décor d'école gothique, alors que les vampires aristocratiques usent pour certain de leur pouvoir afin de contrôler leur environnement, s'adonnant même dans le tome 2 à des ventes aux enchères façon traite des blanches. Derrières les regards langoureux, les papillons dans le ventre et les suçons entre deux portes, il y a quelque chose de sombre qui se trame dans Chocolate Vampire. Avec un nuage de lait, SVP.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2019