CAMELOT 3000
Camelot 3000 #1-12 - Etats-Unis - 1982/1985
Image de « Camelot 3000 »
Dessinateur : Brian Bolland
Scenariste : Mike W. Barr
Nombre de pages : 368 pages
Distributeur : Urban Comics
Date de sortie : 25 octobre 2019
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Camelot 3000 »
portoflio
LE PITCH
Une armada extraterrestre pénètre notre système solaire et se lance à la conquête de la planète Terre. Dans une Angleterre en proie à l'envahisseur, un jeune homme fuyant pour sa vie trouve refuge dans les vestiges du site archéologique de Glastonbury. La légende raconte que lorsque l'Île de Bretagne connaîtra des temps troublés, le Roi Arthur Pendragon se lèvera à nouveau et se portera au secours de son royaume bien-aimé. 3000 ans après la chute de Camelot, le geste continue...
Partagez sur :
le retour du roi

Volume finalement assez peu connu en France, Camelot 3000 aura été l'évènement éditorial 1982 aux Etats-Unis et une maxi-série qui a littéralement changé la donne. De retour au format pavé des Urban Cult, la légende arthurienne version space-opera par Mike W. Barr, Brian Bolland affiche toujours une certaine noblesse.

La magie de Merlin devait opérer chez DC Comics en ce début des années 80 lorsque le prolixe, mais assez anonyme, Mike W. Barr vint présenter pour la énième fois son projet de réactualisation du cycle arthurien. Non seulement l'éditeur lui donna le feu vert, mais en plus il lui adjoint l'anglais surdoué Brian Bolland (Judge Dredd) aux dessins et fit du titre le galop d'essai d'un nouveau système de distribution passant directement par les boutiques spécialisées. Exit donc les kiosques, exit le Comics Code, changement de format et présentation luxueuse... Camelot 3000 devenait un comic à part, la première maxi-série identifiée et une publication qui pouvait ouvertement draguer le lectorat adulte. Débarrassé de censure extérieur, le duo Mike W. Barr et Brian Bolland (considéré par son collègue comme co-scénariste au final) purent explorer quelques pistes assez inédites pour l'époque entre une représentation ethnique plutôt large, un héros réincarné dans le corps d'une femme (entre réflexion sur l'homosexualité et figure LGBT) et une charge politique généralisé sur les grandes puissances (USA, Russie, Chine et ONU en prennent pour leur grade) annonçant de manière mesurée les extravagances de The Watchmen et Dark Knight Returns. Un soupçon d'irrévérence dans une fresque au demeurant volontairement classique qui imagine le retour du roi Arthur et ses chevaliers sur une Terre du futur menacée par une invasion alien.

 

cosmic knights


Entre Star Wars et ses pendants italiens beaucoup plus kitchs, Camelot 3000 se veut un comic épique, divertissant et grandiose, populaire surtout, simplifiant la légende et réduisant ses protagonistes pour mieux enchainer les batailles spectaculaires, les complots et les coups de théâtres avec bien entendu une terrible et ultra sexy Morgan La Fée qui ourdie sa vengeance. Les amateurs de Chrétien de Troyes s'amuseront forcément de cette figure de l'éternel recommencement (avec Lancelot et Guenièvre qui se sautent dessus au bout de trois pages) tout autant que de cette cohabitation hardie entre l'iconographie médiévale et du space opera décomplexé, mais force est de constater que même la naïveté du scénario, son premier degré célébrant le courage et l'héroïsme, le symbole d'une autorité meilleure (comme venait de le faire le Excalibur de John Boorman d'ailleurs) aboutit à un album prestigieux. Un titre qui n'aurait sans doute pas la même aura s'il ne portait pas le sceau de l'artiste Brian Bolland, déjà extrêmement solide dans son découpage, les angles choisis, les perspectives et les pauses dynamiques, mais qui entamait là son long chemin vers des planches ultra précises, fouillées, définies... maniaques. Un soin plus proche de l'école européenne que de la réalité industrielle des comics qui occasionna de nombreux retards dans la publication des numéros. Parfois même de plusieurs mois, étalant les 12 chapitres sur presque trois ans ! Proposé ici dans un superbe volume intégral avec le retour de la colorisation flashy et pop originale (aaaah les 80's), doté de nombreux bonus graphiques et autres préfaces passionnées, Camelot 3000 avec sa couverture aux airs de grimoire se redécouvre dans un écrin idéal.

Nathanaël Bouton-Drouard



Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2019