LES MAITRES DE L’UNIVERS / COSMOCATS
He-Man/ThunderCats #1-6 - Etats-Unis - 2016/2017
Image de « Les Maitres de l’Univers / Cosmocats »
Dessinateur : Freddie E. Williams II
Scenariste : Rob David, Lloyd Goldfine
Nombre de pages : 192 pages
Distributeur : Urban Comics
Date de sortie : 27 septembre 2019
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Les Maitres de l’Univers / Cosmocats »
portoflio
LE PITCH
Sur Eternia, le Prince Adam, héritier maladroit du roi Randor, combat les armées maléfiques de Skeletor sous l'identité de Musclor, guerrier ultime et protecteur du Château des Ombres qui tire sa force exceptionnelle du pouvoir du Crâne Ancestral. Mais, à plusieurs dimensions de là, une nouvelle menace se profile : Mumm-Ra, l'antique momie au service des Anciens Esprits du Mal cherche à se venger de Starlion, roi des Cosmocats. Pour cela, il devra se rendre sur Eternia et s'emparer de l...
Partagez sur :
Par le pouvoir du marketing ancestral !

Rois des action figures et des programmes jeunesse des années 80 Les Maîtres de l'univers et les Cosmocats s'allient enfin pour sauver le monde, l'univers et les compléments alimentaires.

La nostalgie des 80's battant son plein, il n'est pas étonnant de voir rejaillir régulièrement des titres comme He-Men et Thundercats. Si effectivement de nombreux créateurs de produits dérivés ont continué leurs grandes œuvres, alternant les modernisations classieuses et les reprises des vieux jouets articulés, les deux licences ont aussi leur place du cotés des comics. Une place presque naturelle puisque dès leur naissance ces gammes respectives avaient été pensées comme des productions transmédias, les jouets étant alimentés par des BD développant leurs univers, mais aussi par des séries animées restées dans toutes les mémoires. Le second à tête de lion ayant été ouvertement conçu sur les mêmes basses mêlant sword & sorcery et légère SF que son ainé, les ressemblances qui gênaient un peu autrefois, sont presque devenus aujourd'hui des liens qui leur permettent de cohabiter sans trop jouer des bras. Surtout que depuis quelques temps Musclor et Starlion se partagent le même éditeur, DC Comics, rendant leur crossover tant attendu d'autant plus facile à mettre en place.

 

best body-buddies


Voici donc réunis en un seul album les six épisodes épiques de Les Maîtres de l'Univers / Cosmocats nous contant comment les terribles Skeletor (le squelette vivant) et Mumm-Ra (la momie vivante, ils sont fait pour s'entendre) abaissent les frontières du multivers pour rapprocher Eternia et la 3ème Terre afin de conquérir l'univers connu... qui à priori se limite à ces deux royaumes. Pendant que les deux suppôts du mal se chamaillent pour savoir qui pourra jouer avec l'épée de puissance ou contrôler les esprits du mal éternel, ou se trahissent allégrement pour voler les capacités du camarade, Adam et Starlion, agents du bien, ainsi que leurs familles et amis font alliance pour renverser leurs plans démoniaques. Si les deux scénaristes associés Rob David et Lloyd Goldfine voient clairement les choses en grand, multipliant les vagues twists, les monstres gigantesques et les combats apocalyptiques, on peut reconnaitre que l'ensemble est loin, très loin, de la prose de Robert E. Howard. Psychologie très limitée, trame principale plus basique tu meurs, suspens pas franchement tendu, bagarres, bagarres et bagarres... Seules les petites notes d'humours, entre les deux vilains qui s'étripent comme des gosses et un parallèle très amusant entre Musclor et un certain Clark de Smallville, viennent donner un peu de relief à ce gros blockbuster bodybuildé, huilé et au cerveau atrophié. Pourtant l'album se feuillette avec un vrai plaisir, autant pour son respect verrouillé et franc des deux licences explorées qui, justement, avaient déjà des scénarios bien répétitifs et cousus de fils blancs, que par la puissance exacerbée dégagée par les planches de Freddie E. Williams II. Un illustrateur récurrent des Tortues Ninja dernière couvée qui réussit ici à brasser généreusement les designs hypertrophiés des action figure, le style des mini-comics signés Alfredo Alcala et le modèle absolu Frank Frazetta. Dopé par une colorisation fournie de Jeremy Colwell, ces illustrations célébrent parfois dans un même mouvement toute la collection de jouets des deux licences, et donnent franchement l'impression d'observer un fantasme de gosse devenu réalité.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2019