DRACULA L’AUTHENTIQUE
The Complete Dracula #1-5 - Etats-Unis - 2009
Image de « Dracula L’Authentique »
Scenariste : Leah Moore, John Reppion
Nombre de pages : 200 pages
Distributeur : Graph Zeppelin
Date de sortie : 24 septembre 2019
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Dracula L’Authentique »
portoflio
LE PITCH
Surplombant les montagnes des Carpates, en Transylvanie, le sinistre château de Dracula remplit d’effroi les habitants du village dans la vallée. À son arrivée en Angleterre il prend la jeune et belle Mina comme cible…
Partagez sur :
du velours

Incontournable et fondateur le roman de Bram Stoker est un grand habitué des adaptations, et entre autres en BD. Mais la mini-série intitulée The Complete aux USA et L'Authentique en France, a la grande ambition d'être la plus fidèle possible au grand Dracula.

Une ambition plus que louable tant tout ou presque a été imposé à ce pauvre Comte. Retour drastique aux sources, au roman même avec un scénario qui n'hésite pas à reprendre des extraits entiers de la prose de Stoker, le découpage épistolaire et à avoir fait appel à la contribution de divers universitaires et autorités sur la question. Le long « making of » présenté en fin de volume, retraçant chapitre après chapitre les nombreuses questions et réflexions portées sur l'adaptation, le choix des coupes ou la réintégration du très discuté chapitre L'Invité de Dracula (présent en intégralité comme bonus) démontre bien que l'exercice n'a pas été pris à la légère. Un soin méticuleux et passionné qui déborde dans chaque page de cette édition intégrale qui retrouve délicatement, et sans forcer, la force d'évocation du modèle, tout en lui apportant quelques coupes bien placées, des épisodes légèrement réorganisés et de courts passages laissant, pour respirer, les personnages dialoguer directement. Leah Moore (fille d'un certain Alan et auteur de Wild Girl) et son collègue et époux John Mark Reppion (Doctor Who, Sherlock Holmes), deux anglais pure souche, ont effectué un travail admirable, mais - car il y a bien un mais - sans doute un peu trop scolaire. Rigoureuse, mais alors sans véritablement surprise pour le lecteur, sans angle inédit ou personnel qui lui donnerait une saveur inédite.

 

Cercueil capitonné


Un coté grand livre illustré, ouvrage précieux, parfaitement véhiculé par l'artiste Colton Worley, coloriste réputé, mais surtout illustrateur assez rare qui aborde son travail avec la patine d'un peintre à l'ancienne. Un nom attaché à l'écurie Dynamite pour lesquels il officie essentiellement comme dessinateur pour des titres « monuments » : Project Superpowers, Sherlock vs. Harry Houdini, The Shadow, The Spider... Idéal donc par son mélange d'hyperréalisme photographique et de matières plus atmosphériques, Worley livre clairement l'une de ses meilleures prestations retrouvant par ses formes, ses teintes et ses ombres toute la grandiloquence gothique et classique du roman : La demeure du Comte perchée sur sa montagne, Dracula s'échappant en glissant le long des murs, son apparition lycanthrope dans les rues de Londres. Sans jamais dévier d'un poil. Aucune bizarrerie, aucun mouvement pour véritablement s'accaparer l'œuvre et en faire sienne. Tout alors est une question de goûts personnels de la part du lecteur qui trouvera ici, effectivement, l'une des adaptations les plus fidèles jamais produites, tous mediums confondus, mais aussi un album qui n'a pas d'autre personnalité que celle de Bram Stoker. C'est à la fois une réussite extraordinaire et un peu juste pour s'imposer comme un incontournable.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2019