TEEN TITANS REBIRTH T.1: DAMIAN, LE PETIT GéNIE
Teen Titans : Rebirth #1, Teen Titans #1-5 - Etats-Unis - 2016 / 2017
Image de « Teen Titans Rebirth T.1: Damian, Le Petit génie »
Scenariste : Benjamin Percy
Nombre de pages : 144 pages
Distributeur : Urban Comics
Date de sortie : 23 août 2019
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Teen Titans Rebirth T.1: Damian, Le Petit génie »
portoflio
LE PITCH
La précédente équipe des Teen Titans a été dissoute, et ses membres ont tous choisi de suivre leur propre voie. Mais l'arrivée de Damian Wayne à la tête du groupe risque de bouleverser les choses. Aidé de Starfire, Raven, Beast Boy et du nouveau Kid Flash, Robin se lance dans un combat contre son propre grand-père, Ra's Al Ghul.
Partagez sur :
Carte jeune

Qu'il est difficile de rester dans l'ombre de Batman. Damian, le nouveau Robin s'y refuse catégoriquement. Et son indépendance va passer par une reformation de la célèbre Teen Titans dont, bien entendu, il se doit d'être le leader. Pas sûr que tous les acolytes soient d'accord.

Largement représenté sur le petit écran entre la récente série live Teen Titans et ses équivalents animés Young Justice et Teen Titans GO, la garde adolescente de DC Comics a pourtant eu beaucoup de mal ces dernières années à s'imposer en BD. La faute à une succession interrompue de reboot vidant peu à peu le cheptel de ses meilleurs éléments (Cyborg entrant dans la JLA...) et à une tonalité générale beaucoup trop sérieuse, oubliant ce qui fait la force de cette équipe : sa jeunesse. Une direction que semble retrouver en partie la nouvelle équipe créatrice du titre Teen Titans redémarrant (pour la troisième fois depuis Flashpoint) au numéro 1, mettant immédiatement en avant une composition assez familière : Beast Boy, Starfire, Raven, Kid Flash et Robin. Sauf que ce Robin n'est pas le gentil Dick Grayson mais bien Damian Wayne fils de et futur Batman autoproclamé. Un personnage imaginé par Grant Morrison dans son formidable run et que les auteurs ne cessent de remettre assez logiquement en avant tant il détonne dans l'ambiance policée. Imbu de sa personne, manipulateur, insultant, capricieux, odieux, le gamin concentre souvent les pires travers de son père et de son grand-père, Ra's al Ghul.

 

... de la dernière averse


D'ailleurs il ne réunit pas une équipe, il la kidnappe ! Voilà qui fait forcément démarrer l'aventure sur des rouages plus inédits, mais où bien entendu la petite bande, malgré les chamailleries, va peu à peu réussir à s'accorder et trouver une dynamique de groupe. Foncièrement classique dans sa construction, ce premier tome officie cependant un lancement très efficace. Tout d'abord grâce aux dialogues faussement tendus et souvent amusants de Benjamin Percy (Green Arrow, Nightwing), par l'enchainement dynamique des trois illustrateurs aux styles non pas jeunistes mais en tout cas contemporains, et enfin par ces retrouvailles directes avec ce qui avait fait le succès de l'incontournable volume imaginé dans les 80's par Marv Wolfman et George Perez. S'il est bien question d'un affrontement entre la nouvelle team et le Poing du démon (ados et assassins en devenir), c'est surtout une excuse pour évoquer le lourd tiraillement familial qui habite Damian. Un ado plus acariâtre que la norme certes, mais non moins traversé par des questions de destiné, d'identité et de besoins de reconnaissance des plus classiques, que le scénariste manie ici pas toujours avec une grande finesse, mais en tout cas avec compréhension. Un redémarrage encourageant, volontairement léger et bourré d'action qui a en plus le mérite d'être très accessible dans son approche, faisant table rase d'évènement antérieurs peu utiles.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2019