ALAN MOORE PRéSENTE SWAMP THING T.1
Saga of the Swamp Thing #20-34 + Swamp Thing Annual #2 - Etats-Unis - 1984 / 1985
Image de « Alan Moore présente Swamp Thing T.1 »
Dessinateur : Stephen Bissette
Scenariste : Alan Moore
Nombre de pages : 448 pages
Distributeur : Urban Comics
Date de sortie : 5 juillet 2019
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Alan Moore présente Swamp Thing T.1 »
portoflio
LE PITCH
Jason Woodrue, un brillant scientifique, vient de découvrir une créature au coeur d'un marais de Louisiane. Le monstre végétal éveille sa curiosité de chercheur ainsi que celle de son patron, lequel décide de se l'approprier. Mais la créature humanoïde est habitée par la mémoire d'un homme, et n'entend pas se laisser faire.
Partagez sur :
Greenpeace

Après avoir réuni les épisodes fondateurs de Lein Wein et Bernie Wrighton dans un volume unique, Urban enchaine avec la réinvention culte d'Alan Moore, véritable monument qui au début des années 80, et même avant Watchmen, faisait entrer les comics américain dans l'âge adulte. Un run enfin annoncé dans son intégralité et en couleur !

Lorsqu'Alan Moore est contacté par Len Wein (alors éditeur pour DC) pour reprendre les rênes de la nouvelle série Swamp Thing, celle-ci connait déjà un joli petit succès depuis un peu plus d'un an. Scénariste déjà reconnu par la profession mais dont les créations sont encore uniquement anglaises (Captain Britain, Miracleman, le début de V pour Vendetta...) il impose cependant immédiatement ses conditions : celle d'une liberté créatrice absolu et d'une réinvention presque totale du concept. Les personnages déjà exploités et croisés restent présents (en particulier la famille Arcane), les évènements passés ne sont pas effacés (non ce n'est pas un reboot), mais infléchis vers des orientations beaucoup moins gothiques, littéraires et classiques. Une certaine forme de trahison, surtout lorsque le lecteur découvre médusé que la Créature du marais n'a finalement jamais été Alec Holland, le gentil scientifique, transformé en monstre végétal mais.... Un végétal se prenant pour Alec Holland ! Osé pour le moins et surtout un excellent moyen de tirer la publication vers les univers métaphysiques et psychédéliques de son auteur. Alors en pleine exploration des capacités transcendantales de certaines drogues (le LSD en particulier) Moore offre à Swamp Thing des contours d'œuvre hippie, non pas en y imposant une naïveté digne des caricatures médiatiques, mais bien en faisant du monstre un symbole d'un monde primitif, puissant, ancien, curieux, inquiétant, mais bienveillant et source de vie.

 

La mémoire de la sève


Un comic profondément écologique, célébrant la coexistence apaisée entre les êtres dont l'un des moteurs sera même l'histoire d'amour touchante et délicate qui liera la Créature et la jolie Abigail célébrée ici dans une résurrection biblique concrétisée dans une scène d'amour aussi païenne que poétique. Le jeune auteur est déjà en pleine possession de ses moyens, se permet allégrement de transformer le monde de DC Comics en un panthéon de demi-dieux (voir la description lyrique de la JLA ou les apparitions détonantes du Spectre ou de Deadman) et signa là ce qui peut sans doute être considéré comme son œuvre la plus positive, la plus ouverte, comme le regard que porte souvent la créature sur le monde qui l'entoure et les variations des saisons. Mais Swamp Thing reste Swamp Thing, et cultive tout de même des promiscuités profondes avec la littérature horrifique. Plus Lovecraft que Shelley, plus Machen que Stoker, Moore invoque ici des cauchemars venus des profondeurs, des effondrements de réalités, des visions insaisissables dont s'empare avec ferveur l'illustrateur Stephen Bissette (collaborateur régulier de Heavy Metal) élaborant des compositions hallucinées, multipliant les déformations et appuyant bien souvent sur les détails sordides et macabres. Un ton résolument adulte dans lequel on ne peut manquer de voir l'acte de naissance de la légendaire collection Vertigo où les futures Hellblazer de Jamie Delano ou Sandman de Neil Gaiman viendront bien souvent explorer quelques concepts esquissés ici. Un classique donc, mais d'une modernité et d'une beauté impérissables.

Nathanaël Bouton-Drouard




Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2019