WANDERERS TOME 1 - LE ROI DE L'HIVER
France / Etats-Unis - 2008
Image de « Wanderers Tome 1 - Le Roi de l'hiver »
Dessinateur : Phil Briones
Scenariste : Chris Claremont
Nombre de pages : 48 pages
Distributeur : Fusion Comics
Date de sortie : 26 novembre 2008
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Wanderers Tome 1 - Le Roi de l'hiver »
portoflio
site officiel
LE PITCH
L'action se déroule au VIIIe siècle après Jésus-Christ, durant les derniers jours du règne d'Arthur Pendragon, seigneur de la cour légendaire de Camelot et roi d'Angleterre. Arthur doit faire face à une importante rébellion, menée par son fils illégitime, Mordred, allié pour l'occasion aux Forces de la Magie noire. Bien que largement surpassée en nombre par les rebelles, l'armée d'Arthur garde confiance en son roi et en son épée mythique, Excalibur...
Partagez sur :
L'Epée brisée

Longtemps cantonnés chacun dans son domaine respectif, les artistes de BD peuvent désormais traverser les frontières et s'essayer à de nouveaux genres. A l'instar de monsieur Claremont (Incredible X-Men, Les Nouveaux Mutants, Iron Fist...) qui vient de publier le premier tome de sa saga : de l'heroic fantasy... et en français SVP !

Outre la publication de quelques titres du catalogue Marvel (La Tour sombre) ou Dark Horse (Buffy saison 8), la rencontre inattendue entre Panini et Soleil est aussi et surtout l'occasion pour ces maisons d'édition de faire un pont au dessus de l'Atlantique. Dans cette volonté de faire travailler conjointement européens et américains, Wanderers fait office de mini-évènement en amenant pour la première fois le mythique Chris Claremont à se lancer dans l'écriture d'une authentique bande dessinée (et non pas un format comics). Fana d'histoire et de mythologie héroïque, il ne paraît pas si étonnant qu'il choisisse alors de se pencher sur la légende arthurienne. Mais on est loin ici des simples révisions appliquées, l'auteur préférant une extrapolation fantasque de ce qu'il serait advenu si le bon roi n'était pas mort lors de son combat contre son fils Mordread. Exit le gentil Arthur modèle de son pays et place à un personnage bien moins recommandable, qui n'hésite pas à prendre la vie d'un jeune esclave pour sauver la sienne. Les temps sont durs.

"Burn the witch"

Ce départ des plus originaux démontre aussi l'envie du scénariste d'accentuer l'aspect magique et héroïque de cet univers médiéval. Pourquoi pas. Mais la chose s'effondre malheureusement très vite par un manque flagrant de logique, la narration brassant allégrement mythologie nordique, sorcellerie et même chinoise experte des arts martiaux, avec comme but la création anachronique d'une équipe de super-héros colorés. Claremont ne s'est manifestement toujours pas remis de son extraordinaire travail sur les X-Men, même si la vacuité des dialogues ferait bien plus penser aux récents épisodes du relaunch d'Excalibur (tiens-tiens). Reste alors le travail de l'illustrateur, Phil Briones, ancien des fameux studios Disney de Montreuil, qui s'était déjà fait remarquer dans le même genre sur La Geste des chevaliers dragons. Un travail que l'on préfèrera clairement à ce Roi de l'hiver hésitant entre des designs inspirés et une visualisation parfois brouillonne manquant de stabilité. Un album décevant donc, qui permet cela dit de rappeler que les séries Merlin la quête de l'épée et Lancelot, toutes deux éditées par Soleil, prouvent qu'il est encore possible de moderniser le petit monde de Pendragon.
Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020