ETHER T.1: L’ASSASSINAT DE LA FLAMME D’OR
Ether #1-5 - Etats-Unis - 2016/2017
Image de « Ether T.1: L’Assassinat de la flamme d’or »
Dessinateur : David Rubin
Scenariste : Matt Kindt
Nombre de pages : 160 pages
Distributeur : Urban Comics
Date de sortie : 21 septembre 2018
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Ether T.1: L’Assassinat de la flamme d’or »
portoflio
LE PITCH
Boone Dias est non seulement un brillant scientifique, mais aussi un détective interdimensionnel de talent. Aucun mystère ne lui résiste, sur Terre comme sur Ether, l'un des royaumes fantastiques dans lesquels il se rend régulièrement pour mener ses enquêtes hors du commun. Mais le jour où la magie vient s'immiscer sur une scène de crime, rien ne semble plus lui apparaître avec autant d'évidence. Pourtant, l'avenir de ce monde en dépend.
Partagez sur :
dualité évaporée

Images Comics n'est pas le seul éditeur américain à faire le yeux doux aux créations originales faisant la nique aux Big Two (DC et Marvel). Après la découverte Black Hammer, Dark Horse édite Ether thriller ésotérique sans frontière qu'Urban Comics a été bien inspiré de traduire pour nous.

Royaume normalement fermé aux hommes (comme on les comprend) l'éther est le lieu de tous les possibles, de toutes les magies et des forces improbables. Au cœur de ces contrées disparates mélangeant les vertes forêts de la Fantasy, les mythologies multiculturelles et les fantasmes oubliés de notre Histoire se trimbale Boone Dias, scientifique des plus cartésiens qui expérimente depuis des années le passage d'une réalité à une autre. Son esprit retors, curieux et surtout décalé par rapport à une population prenant la magie pour argent comptant, lui permet ainsi d'approfondir ses recherches tout en se livrant à quelques enquêtes policières dignes d'un Sherlock Holmes du surnaturel psychédélique. Auteur des méconnus Mind MGMT, Super Spy et Dept. H, Matt Kindt aime les scénarios astucieux, les constructions tarabiscotées qui manient le twist avec aisance. Grand bien cependant lui a pris de simplifier ici quelque peu son approche pour rendre le premier volume d'Ether plus accessible. Une nécessité tant l'univers en lui-même se révèle particulièrement riche et habité, tandis que la linéarité des débuts laisse progressivement place à des flashbacks venant révéler les raison de la situation désespérée de Boone, dont l'existence dans le monde des humains est pathétique au possible.

 

la théorie de la balle magique


Le meurtre initial de La Flamme d'or, gardienne de l'éther, aux faux airs de JFK bis, est alors presque un prétexte pour faire avancer le comic sur deux angles parallèles : d'un coté un complot particulièrement vaste qui menace l'équilibre des univers (bien entendu), de l'autre un drame intimiste induit par l'obsession du héros pour des recherches qui l'ont désespérément éloigné de sa femme et ses filles. Plein de prestige dans l'Ether tel une célébrité, Boone est oublié dans l'autre réalité, pas loin du pauvre SDF à l'étrange dégaine et au regard vide. Faisant parfois penser à l'excellent Black Science de Rick Remender (même façon de mêler SF et chronique familiale rompue) L'Assassinat de la flamme d'or est une introduction maitrisée, entre féerie, aventure, roman noir et humour décalé qui confirme certainement autant le talent du scénariste, que les prouesses visuelles de l'espagnol David Rubin. Un artiste qui a déjà marqué les esprits avec sa partition sur Sherlock Frankenstein, et qui ici explose littéralement les standards en embrassant sa culture européenne, ses influences cartoon et le grand patronage de Paul Pope, pour brosser un contraste imposant entre les contours crasseux et grisâtre du monde des humains et l'explosions de couleurs, de formes et de sensations de celui des créatures fantastiques. Des designs délirants et inspirés, des environnements fourmillant de détails et d'influences, des êtres totalement improbables mais caractérisés avec brio, les planches sont un défilé d'idée lumineuses avec toujours ces contours brossés à l'énergie, cette dynamique animée aux faux airs d'Adventures Time pour adulte. Prometteur, la suite en cours de publications aux USA a toutes les chances de confirmer ce premier avis.

Nathanaël Bouton-Drouard



Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021