MAGICAL GIRL HOLY SHIT T.1
Machigatta ko wo Mahō Shōjo ni Shite Shimatta - Japon - 2016
Image de « Magical Girl Holy Shit T.1 »
Dessinateur : Souryu
Scenariste : Souryu
Nombre de pages : 192 pages
Distributeur : Akata
Date de sortie : 5 juillet 2018
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Magical Girl Holy Shit T.1 »
portoflio
LE PITCH
Quand l’humanité est en danger, elles sont le dernier rempart pour nous sauver... Les adorables et pures magical girls, de tout temps, ont veillé avec foi et amour sur leurs semblables. Cette fois encore, tandis que se lèvent les terribles stremons, une belle et valeureuse justicière au cœur sincère va leur faire face... Ou pas !!! Parce que Kayo, elle n’en a pas grand-chose à foutre, du sort de l’humanité. Tout ce qu’elle souhaite, c’est qu’on la laisse tranquille. Mais une ...
Partagez sur :
Panpan Lulu dans ta gueule

A force de porter des jupettes bien trop courtes, à prendre des poses casse-gueule et à se baigner dans les cascades arc-en-ciel écœurante, il fallait bien qu'un beau jour l'une de ces Magical Girl pète une durite. Aimable comme une porte de prison, Kayo débarque avec son bâton magique à la main, et elle va vous l'enf....

Equivalent girly des fameux sentai bien mieux couverts pour l'hiver, les fameuses Magical Girl sont ces charmantes adolescentes missionnées pour sauver le monde dans des tenues à rubans, détruire les démons, célébrer le bien et les smoothies à la pèche. Dernier émissaire en date Myu a sans doute pas assez pris le temps de la réflexion lorsqu'il transmet ses pouvoirs magiques à la jolie Kayo, lycéenne à couette, qui va très vite se révéler être une asociale violente, acariâtre, nourrie uniquement de clopes et de café froid, plus portée sur la beigne dans la tronche que les sweet cake bio. Une erreur qui va coûter cher à la pauvre mascotte, utilisée régulièrement comme punching-ball anti-nerfs, insulté à chaque case, et qui voit ses rêves fruités se transformer en cauchemar punk. Le pire, Kayo est tellement bourrine qu'elle n'a même pas besoin de se transformer ou de travailler ses postures héroïques pour dézinguer les streumons (c'est leur nom officiel), ce qui va bien entendu à l'encontre de décennies de traditions ancestrales. Faut dire la première fois qu'elle tente le coup elle se retrouve à poil devant un démon géant ne pouvant dissimuler son appréciation d'un si joli spectacle.

 

une fille pas comme les autres


Premier titre mainstream pour l'auteur Souryu échappé de l'industrie du hentai (ça se voit un peu parfois), Magical Girl Holy Shit a été un sacré succès surprise au Japon où la série se poursuit depuis 2016. Et c'est assez mérité car sur un tel concept, l'auteur aurait pu se contenter de broder une parodie facile, mais il opte plutôt pour un récit franc du collier, totalement barge et explosif, mêlant des scènes de combats aussi expéditives que destructrices avec des décrochages absurdes et des dialogues hilarants généreusement portés par une traduction jubilatoire. Son sens du découpage fait mouche, son trait est un mélange parfait de courbes souples, d'expressions flippantes et de contours épais, poussant constamment le lecteur à enchainer les pages sans s'en rendre compte. Forcément on pourrait craindre à l'avenir quelques redondances, mais ce premier volume est aussi irrévérencieux que rythmé en diable, parsemé de jolies trouvailles comme le faux loubard devenue esclave soumis, la première adversaire majeures trop gentillette pour être honnête et les quelques bribes sur la vraie histoire de l'héroïne. Une vraie boulle de nerf, droguée à la nicotine, à l'adrénaline et à la baston qui dérouille sévère... Mais peut-être y a-t-il dans cette apparence de délinquante mal dégrossie un petit cœur de jeune fille qui bat. Faut pas le dire trop fort, ça pourrait l'énerver.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020