WINTER STATION
France - 2018
Image de « Winter Station »
Dessinateur : Cristi Pacurariu
Scenariste : Christophe Bec
Nombre de pages : 128 pages
Distributeur : Glénat
Date de sortie : 4 avril 2018
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Winter Station »
portoflio
LE PITCH
Lisa Langlois, jeune agent immobilier, est envoyée sur le projet de restauration d’une station de ski à moitié abandonnée dans la Sierra Nevada. Chalets délabrés, hôtels désaffectés, remontées mécaniques rouillées... le lieu est glauque à souhait. Seule femme au milieu d’ouvriers, isolée dans cet enfer de glace, Lisa se dit que les deux mois sur place risquent d’être interminables. D’autant que quelques jours après son arrivée, le cadavre d’un homme est retrouvé, égo...
Partagez sur :
Trop fraiche la neige

Nouvelle fournée pour la collection Bis de Glénat en ce moi d'Avril avec, c'est logique, un titre inédit signé par l'incontournable Christophe Bec. Un pilier de la gamme qui délaisse les îles tropicales pour s'offrir quelques jours aux sports d'hivers.

Et clairement, ce n'est pas un petit changement de décors qui va faire peur à un scénariste comme Christophe Bec. Un auteur impressionnant par sa production (plus de 80 albums à son actif) et quelques vrais cartons au palmarès (Sanctuaire, Sarah, Prométhée...) pour une bibliothèque personnelle alternant les univers, les tons et les genres. Mais dans tout cela, on a toujours noté un vrai intérêt pour l'horreur, et en particulier de nombreuses références cinématographiques, qui viennent souvent inspirer quelques frayeurs pouvant tout aussi bien tourner à l'aventure atmosphérique qu'à l'essai plus bourrin, comme dans ses Flesh & Bones. Que Winter Station se déroule dans les cimes enneigées de la Sierra Nevada ne refroidit en rien ses pulsions, bien au contraire, la BD en question installant d'emblé un décor en ruine, d'immenses hôtels fantômes, des paysages gelés et surtout une multitude de fais divers faisant naitre des fantômes à chaque image.

 

mets ta cagoule !


Baigné dans un blanc omniprésent, où le lecteur a parfois un peu tendance à se perdre, la géographie n'est pas une carte postale mais bien le terrain de jeu privilégié d'un (ou plusieurs ?) serial killer décidé manifestement à faire de la vie de Lisa un authentique cauchemar. Une pincée de slasher façon Coldprey, une bonne dose de survival en tenue pas du tout adaptée, et surtout un whodunit joliment orchestré bourré de fausses pistes et de révélation « what the ? » dignes d'un épisode de Scream. Un jeu de massacre assez ludique, et ce même s'il se perd un peu trop souvent dans des dialogues à rallonge ou qui tombent dans la redite des informations. L'un des petits tics de Bec, tout comme quelques astuces d'écritures que les amateurs reconnaitront d'emblée. Pas forcément sa BD la plus remarquable donc. Même sensation d'ailleurs lorsque l'on scrute les planches du roumain Cristi Pacurariu (Assassin, Soliman Le Magnifique) imposant une ambiance glaciale et oppressante par ses jeux d'ombres et ses immenses aplats de blanc immaculée, mais pas toujours précis dans son trait voir un peu fouilli dans les détails.

Thriller horrifique assez économe - même sur ses effets sanglants et ses glissements sordides - Winter Station est un équivalent de ces petits DTV qui se bouffe sans déplaisir, mais usent trop de cordes éculées pour véritablement marquer les esprits.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021