BIG TROUBLE IN LITTLE CHINA T.1
Big Trouble in Little China #1-4 - Etats-Unis - 2014
Image de « Big Trouble in Little China T.1 »
Dessinateur : Brian Churilla
Nombre de pages : 128 pages
Distributeur : Editions Réflexions
Date de sortie : 12 octobre 2017
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Big Trouble in Little China T.1 »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Jack Burton, routier et aventurier macho, a fait trembler les piliers de Ciel quand il a vaincu le sorcier Lo Pan et ainsi aidé son Meilleur ami Wang à sauver sa fiancée. Mais les forces des ténèbres sont de retour et elles ont décidé de se venger de Jack Burton pendant le mariage de Wang !
Partagez sur :
les nouvelles aventures de ce bon vieux jack

Trente ans après voici enfin pour les vieux briscards la suite tant attendue du film culte Les Aventures de Jack Burton dans les griffes du Mandarin. Retour en fanfare dans les rues de Chinatown et dans la mythologie chinoise foutraque pour des péripéties délirantes, toujours imaginées par John Carpenter en personne !

Long métrage tristement incompris lors de sa sortie en salle en 1986, car clairement trop porté sur le second degré et largement en avance sur son temps dans son intégration frontale de l'exubérance du cinéma chinois, Big Trouble in Little China s'est heureusement et solidement installé dans les mémoires les années suivantes grâce à l'avènement de la vidéo. Pas de quoi mettre en boite une suite pourtant, plus ou moins imaginée (et annoncée) dès la fin du film. Récemment devenu l'heureux propriétaire d'un autre incontournable de Carpenter, Escape from New York, Boom ! Studio embraille avec ce second héros incarné par le couillu Kurt Russell, et demande même l'aval de son créateur. Celui-ci confie (en échange d'un joli chèque, on le connait) le pitch d'origine au scénariste Eric Powell... et oui, le papa de The Goon ! Un duo qui déboite pour un premier album qui dépote et qui ravie d'emblé les gourmets en reprenant la trame à la seconde près où s'arrêtait le film. De quoi donner naissance à un duo Jack / Démon aussi subtile que Eastwood / Orang Outan dans Doux, dur et dingue, avant d'embrayer avec le retour en force des Wing Kong et la résurrection annoncée de Lo Pan.

 

lune de miel


Un mariage qui tourne à la catastrophe, un détour par le monde des démons en compagnie du grimaçant Egg Shen, une déesse aussi peu sexy que possible, un peu de kung-fu et beaucoup de magie fluo... Tout est là, un esprit intact, toujours aussi drôle, décalé et con. Bien entendu ce brave camionneur de Jack Burton se taille la plus belle part, passant son temps à bravader, à balancer ses maximes ridicules, en immense antihéros malgré lui qu'il est. Le comic reste effectivement un authentique produit dérivé qui rejoue une formule attendue, mais Powell se montre suffisamment malin pour manier le fan service tout en creusant de manière hilarante le passée de Jack (aaaah ses ex-femmes) et en étendant efficacement un univers totalement kitch. Seul bémol dans ce divertissement idéal, la disparition presque totale du sidekick/vrai-héros Wang, déséquilibrant la réflexion funambule sur le héros ricains au profit d'une farce totale. Du coup, le choix de Brian Churilla (The Sixth Gun, Hellbreak, BlackAcre) pour les illustrations est évident avec son approche cartoony, jouant de la caricature pour s'approcher au plus près des acteurs tout en installant une dimension pulp tout à fait dans la lignée de Powell. Preuve cette réussite, aux USA la série se poursuit gaiement venant de passer son 25ème numéro... En France, ce sont Les Editions Réflexions qui se chargent du bébé, et proposent au passage une offre de commande en ligne des plus alléchantes. Le lien est juste au-dessus.

Nathanaël Bouton-Drouard




Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020