JAMES BOND T.1 : VARGR
James Bond #1-6 - Etats-Unis - 2015/2016
Image de « James Bond T.1 : VARGR »
Dessinateur : Jason Masters
Scenariste : Warren Ellis
Nombre de pages : 160 pages
Distributeur : Delcourt
Date de sortie : 19 octobre 2016
Bande dessinnée : note
Jaquette de « James Bond T.1 : VARGR »
portoflio
LE PITCH
James Bond est de retour à Londres après une mission teintée de vengeance à Helsinki, afin de reprendre une affaire qui a laissé un autre agent 00 sur le carreau. Quelque chose de terrible est en train de se faufiler dans les rues de la capitale britannique, qui va entraiîner Bond à Berlin. Pris au piège, isolé, il va devoir percer le secret qui entoure quelqu’un – ou quelque chose – baptisé… VARGR.
Partagez sur :
le ciné ne suffit pas

Bond is Bond, une figure incontournable de la pop culture qui n'était pourtant pas revenue aux comics depuis près de 20 ans. Un retour en fanfare, entamé au moment de la sortie US de Spectre et confié ni plus ni moins qu'à Warren Ellis, fan inconditionnel des romans. Sur papier, est-il toujours le meilleur agent de sa majesté ?

Ouverture sur une rue d'Helsinki plongée dans le noir. Un homme  court comme un dératé, poursuivis par un autre en costume. Leur altercation est violente, se règle à coup de pelle puis d'une balle bien placée en pleine tête. Lancez le « gunbarrel », générique : voici le nouveau 007. Cultivant ces derniers temps un art séquentiel assez épuré (voir son Moon Knight), Warren Ellis choisit d'entamer son premier album par une séquence quasiment silencieuse, rythmée, qui dévoile peu à peu à la fois le nouveau visage de Bond (trop passe-partout), mais aussi l'orientation à venir de sa version de l'icône crée par Ian Fleming. Le lecteur retrouve donc forcement une grande partie des codes de la licence cinématographique, mais essentiellement réduis à une structure plus qu'à des clins d'œil. Ellis aime les films (et ça se voit), mais aussi l'agent plus terre-à-terre, plus austère et pince-sans-rire imaginé par Fleming. L'enquête menée dans Vargr ne fera ainsi pas vraiment apparaitre de base secrète délirante, ne menacera pas la planète entière et ne dérivera jamais vers un défilé de gadgets improbables voir une bataille spatiale, mais restera ancrée sur les traces d'un psychopathe échappé d'un camp de concentration serbe. Ce qui est déjà pas mal...

 

meurs un autre jour


Une vraie BD d'espionnage, installant discrètement une réelle compréhension de l'organisation du MI6 ou des enjeux modernes, mais aussi une série d'action où le Bond déploie surtout ses capacités aux close combat et ses talents de tireur d'élite, plutôt que ses prouesses de cascadeurs de blockbuster. Une alternative franchement intéressante et rafraichissante, nourrie bien entendu de certains atours des films (allez au hasard Casino Royale, Permis de tuer...) que le créateur de Transmetropolitan ou Tree, garde à distance pour l'instant de sa franche personnalité. Aucune allusion politique, pas de sensible réflexion sur cet univers parallèle et opaque, Ellis se cantonne ici un peu trop à la commande. Solide, efficace, particulièrement fidèle au divers facettes du personnage, mais encore assez impersonnel, si ce n'est dans les talents de conteurs et la roublardise de la construction de certaines planches, qui renvoiebt quelques réalisateurs à leurs gammes. Pas franchement emballant dans ses illustrations génériques, semi-réalistes mais toujours un peu rigide, Jason Masters (Batman Incorporated, Suicide Squad) relève le niveau par la construction carrée de ses pages et la précision de ses décors. Là encore cependant, on aurait sans doute apprécié plus de stylisation, une personnalité plus marquée, à l'image des nombreuses couvertures variants qui complètent l'album, avec une préférence pour le travail d'Aaron Campbell ou Francesco Francavilla.

S'apparentant pour l'instant à un galop d'essais, le premier story-arc concocté par Warren Ellis et Jason Masters, s'avère un bon compromis entre les différences sources qui entourent l'univers de 007, un thriller d'espionnage énergique et calibré. Reste à voir si par la suite, les deux auteurs vont oser le remodeler ou le bousculer un peu.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020