LE KABBALISTE DE PRAGUE T.1
France - 2016
Image de « Le Kabbaliste de Prague T.1 »
Dessinateur : Luca Raimondo
Scenariste : Pierre Makyo
Nombre de pages : 56 pages
Distributeur : Glénat
Date de sortie : 11 mai 2016
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Le Kabbaliste de Prague T.1 »
portoflio
LE PITCH
A la fin du XVIe siècle, dans le ghetto de Prague, le rabbin Maharal, le plus grand kabbaliste de tous les temps, connait le moyen de protéger son peuple des pogroms qui ravagent l’Europe centrale. Dieu lui a donné la capacité de façonner par le verbe un être de boue à la force illimitée : le Golem. Mais l’érudit hésite encore, car il imagine bien les conséquences qu’un tel pouvoir implique...A la fin du XVIe siècle, dans le ghetto de Prague, le rabbin Maharal, le plus grand ka...
Partagez sur :
le verbe d'argile

Créature célèbre de la culture hébraïque, le Golem est aujourd'hui surtout connu pour son pendant moderne, inventé par la célèbre Mary Shelley avec son roman Frankenstein. En 2010, le romancier Marek Halter ressuscitait le mythe initial avec un roman dont Glénat entreprend aujourd'hui l'adaptation en BD.

En 2010 donc, Marek Halter revisitait la destinée du rabbin de Prague, le Maharal, devenu légendaire en donnant naissance à un golem pour protéger le ghetto et venger les persécutions violentes dont les juifs furent victime en ce début du XVIIe siècle. Mais le récit en lui-même, presque « conté », se concentre sur le voyage de David Gans, figure historique réelle, qui est envoyé à travers l'Europe pour découvrir les dernières découvertes scientifiques. Au croisement entre l'obscurantisme religieux toujours aussi présent, et le renouveau des grandes découvertes, Le Kabbaliste de Prague dresse le portait d'une époque sombre, chaotique, mais aussi souvent pleine d'espoir sur l'avenir et ses possibilités. La réhabilition des théories de Copernic, le prestige de certains rois qui s'allient temporairement aux communautés juives, moins fermées sur la remise en question de l'ordre universel justement, cette version en BD signée Makyo (Un Loup est un loup, Balade au bout du monde) en retrouve la belle évocation, tout en s'emparant d'une narration volontairement lente et progressive.

 

la voix des martyres


Et dans la grande Histoire, ce sont bien entendu les tiraillements humains qui servent de moteur, comme ici un mariage arrangé que l'on va voire rapidement voler en éclat alors que se tisse une vraie histoire d'amour entre Gans et la belle Eva. En retrait, Maharal observe, mais semble déjà voir où le destin va les mener. Un contexte envoutant, une légende historique bien entendu des plus accrocheuse, mais qui ici prend parfois un peu trop son temps laissant un premier album assez déséquilibré. Annoncé seulement en deux volume, Le Kabbaliste de Prague aurait sans doute gagné à être publié directement en un seul volume, ou de proposer un espace de travail plus large pour Luca Raimondo (Le Temps des loups) souvent à l'étroit entre la profusion de dialogues nécessaires, la succession d'épisodes et de rencontres, là où des planches plus contemplatives, amples, auraient été nécessaire. Heureusement sont style graphique est tout à fait adéquate avec son réalisme léger, ses architectures joliment brossées et surtout une sécheresse qui installe une atmosphère déjà lourde et mystérieuse. Un petit début dont on ne pourra finalement juger l'entière pertinence qu'en découvrant la seconde partie du diptyque.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020