ROBIN ANNéE UN
Batman Chronicles: The Gauntlet ; Robin: Year One #1-4 - Etats-Unis - 1997/2001
Image de « Robin Année Un »
Nombre de pages : 256 pages
Distributeur : Urban Comics
Date de sortie : 5 septembre 2014
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Robin Année Un »
portoflio
LE PITCH
Jeune acrobate de cirque, Dick Grayson a vu ses parents abattus lors d’une représentation à Gotham City. Recueilli par le milliardaire Bruce Wayne, Dick perce le secret de sa double identité et devient Robin, le jeune prodige. Mais ses premiers pas en tant qu’assistant de Batman ne seront pas de tout repos.
Partagez sur :
The boy wonder begins

Celui qui sera Nightwing, puis Batman aux côtés de Damian Wayne, fait son entrée, directement en DC Deluxe, dans le catalogue d'Urban Comics. Les débuts d'un super-héros aussi important que Robin, ça méritait bien un album à la hauteur, non ? C'est donc chose faite !

Le récit des débuts, c'est un peu le passage obligé de tout super-héros qui se respecte. Et si son ténébreux mentor avait déjà eu droit au sien, le garçon prodige n'avait encore pas vraiment eu droit à son propre « commencement ». C'est d'ailleurs dans la lignée directe, narrative et esthétique, du Batman : Année un que le recueil qui nous intéresse ici a été conçu, même s'il le fut dix ans après le récit séminal de Frank Miller et David Mazucchelli. Et si les prémisses de Robin furent contés un an auparavant dans le Batman : Amère victoire de Jeph Loeb et Tim Sale, c'est véritablement avec le bien nommé Robin : Année un que l'on découvre l'apprentissage, à la dure, de Dick Grayson et ses débuts aux côtés du Batman. Il y a deux récits dans cet épais volume consacré à Robin, et les deux se révèlent complémentaires. Récit unique publié en 1997, The Gauntlet (traduit - comme le film homonyme de Clint Eastwood - par L'Épreuve de force) suit le jeune héros durant une nuit de test, au terme de laquelle il pourra devenir officiellement le partenaire du Batman. Écrit par Bruce Canwell et dessiné par le talentueux Lee Weeks (dont le style, à l'instar de sa prestation sur Daredevil, évoque volontairement celui de Mazzucchelli), le récit voit Robin confronté à une bande de maffieux particulièrement en colère contre lui, et qui vont lui permettre de faire montre de tout son talent pour les acrobaties et la résolution d'énigmes criminelles.

 

Apprentissage à la dur


Après cette excellente introduction, on passe au gros morceau de cette édition, l'inédit Robin: Year One, mini-série de quatre épisodes centrée sur la première véritable confrontation du Garçon prodige avec l'univers de son mentor. Et c'est peu dire que cette première année ne se fera pas sans heurt, puisqu'outre un Chapelier fou pervers à souhait (il kidnappe des fillettes pour les revendre à un militaire asiatique pédophile...), Dick Grayson va se retrouver sur la route de Double-Face, en pleine croisade meurtrière contre le Batman. En alternant le super-héroïsme et les tentatives de Grayson de vivre une vie diurne « normale », les scénaristes Scott Beatty (Nightwing, avec Dick Grayson adulte) et Chuck Dixon (la saga Knightfall) rendent véritablement justice au personnage de Robin/Dick, jeune adolescent embarqué dans la guerre anti-crime de Bruce Wayne. En donnant la parole de narrateur à Alfred, témoin « extérieur » de l'évolution du jeune Grayson, Robin : Année un montre les limites de la méthode du Batman, et sa quasi-inconscience à y entraîner un enfant en perte de repère moraux. L'idée est osée, et portée dans ses retranchements (la première rencontre Robin/Double-Face, et ses douloureuses conséquences), d'autant que le dessin d'un Javier Pulido (Human Target) particulièrement inspiré joue d'un aspect old school (son Batman ressemble à celui de Steve Rude dans The World's Finest) et d'un dynamisme coloré qui sied à merveille aux tribulations d'un sidekick atténuant les caractères les plus sombres du Chevalier noir. C'est dire si l'on referme le bouquin avec l'envie de lire plus d'aventure de Robin, le Boy Wonder, de même que le paraît-il tout aussi réussi Batgirl : Year One de la même équipe. Bientôt dans la même collection ?

Frédéric Wullschleger


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020