CHRONIQUES DE L’èRE XéNOZOïQUE
Xenozoic Tales - Etats-Unis - 1987/1996
Image de « Chroniques de l’ère Xénozoïque »
Dessinateur : Mark Schultz
Scenariste : Mark Schultz
Nombre de pages : 356 pages
Distributeur : Akileos
Date de sortie : 5 décembre 2013
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Chroniques de l’ère Xénozoïque »
portoflio
LE PITCH
Au 26e siècle, la terre a été recouverte par un nouvel écosystème, les dinosaures ont fait leur retour et les grandes villes sont à moitié submergées par les eaux. C’est l’ère xénozoïque, et les êtres humains qui ont survécu au grand cataclysme de 2020, sont dispersés dans différentes tribus ou cohabitent avec d’étranges créatures. Pour guider les lecteurs dans cet univers, le garagiste/shaman/aventurier, Jack Tenrec et l’ambassadrice et scientifique Hannah Dundee.
Partagez sur :
Mondes barbares

Grand classique de la BD moderne encore bien trop méconnu, Chroniques de l'ère xénozoïque revient sous la forme d'un sublime recueil intégrale, question d'affirmer définitivement le talent pictural imposant de Mark Schultz et la pertinence inquiétante de son propos écologique.

Si cette série est malheureusement encore (et à priori ce n'est pas près de s'arranger) inachevée, elle a pourtant connu une belle heure de gloire au début des années 90 avec une adaptation animée et même un jeu vidéo sous le tire plus rutilant de Cadillac and Dinosaurs. Sans compter sur deux prix récoltés aux fameux Eisner Awards. Reste que 14 numéros cela fait peu, mais leur créateur est un perfectionniste invétéré qui aura pris son temps pour élaborer ce réçit d'aventure dont ont voit le style et la précision s'affirmer de page en page. Que Mark Schultz ait, en dehors de ce titre, surtout œuvré sur des séries aussi « classiques » que Conan, The Spirit ou Prince Valiant n'est pas un hasard puisque son approche du comic est clairement de la même trempe que des monstres comme Hal Foster ou Buscema, travaillant ses planches avec minutie, entre des paysages aussi foisonnants qu'une toile de maître et des poses héroïques à l'anatomie finement illustrée presque digne d'un Frazetta. Retrouvant, comme il se doit, leur éloquences du noir et blanc délicat et contrasté, ses illustrations invitent le lecteur dans un monde bestial, dangereux et épique, un futur post-apocalyptique où les descendants d'une humanité incapable de faire face à la catastrophe écologique qu'elle a provoqué, doivent cohabiter avec des espèces que l'on croyait disparus : les dinosaures.

 

Jungle Tales


Entre Conan Doyle (Le Monde perdu), Edgar Rice Burrough (Tarzan) et bien entendu Robert E. Howard, Schultz confronte l'être humain à son animalité perdue au profit d'une civilisation qu'il juge manifestement trop autodestructrice. Mais le rapprochement avec ces grands classiques de la littérature populaire se fait naturellement aussi dans l'articulation de l'album, aventure feuilletonante où chaque chapitre apporte ses dangers, ses péripéties entre civilisations disparues (en l'occurrence la notre), chefs de tribus manipulateurs, braconniers mal avisés, dinos affamés et d'étranges créatures, les Grith, se posant comme des guides éclairés pour le maintien de l'équilibre naturel. Chroniques de l'ère Xénozoïque est donc un comic qui joue sur les perspectives (aussi bien visuelles que thématiques), imposant un contraste excitant entre notre chère espèce et des prédateurs de nouveau en tête de la chaîne alimentaire, autant grâce au discours de Schultz que sa maîtrise éblouissante des compositions de cases, du cadrage et de la dynamique, par exemple, d'une poursuite entre un T-Rex et une cadillac restaurée par le héros Jack Tenrec. Un héros graphiquement à l'ancienne (musculature, mâchoire carré, légère tendance au machisme), mais dont la moralité écolo, chamanique, se veut plus moderne, plus ambitieuse. A ses cotés apparaît l'autre grande réussite de ces Chroniques : la sublime Hannah Dundee, représentante d'une tribu des marais, dont les formes athlétiques, le regard perçant et les lèvres moqueuses cachent une dame de caractère, brillante, courageuse et souvent bien plus maline que son futur et fougueux amant. Comme issues des grandes légendes primitives et inspirées par les chef d'œuvres de la culture pulp, Chroniques de l'ère Xénozoïque est une fresque admirable et sauvage, où les dernières planches en date, et les illustrations inédites, touchent à la perfection.

Nathanaël Bouton-Drouard




Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021