HAPPY!
Etats-Unis - 2013
Image de « Happy! »
Dessinateur : Darick Robertson
Scenariste : Grant Morrison
Nombre de pages : 128 pages
Distributeur : Delcourt
Date de sortie : 18 septembre 2013
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Happy! »
portoflio
LE PITCH
Ex-flic ripou reconverti en tueur à gages, Nick Sax a sombré dans l'alcool. Lorsqu'un de ses contrats tourne mal, il se retrouve avec une balle dans le bras, les flics et la mafia sur son dos... et il doit poursuivre un horrible tueur d'enfants grimé en Père Noël. Autant dire que son monde vire au cauchemar. C'est à ce moment précis de sa vie qu'une licorne bleue apparaît et les ennuis commencent vraiment pour lui.
Partagez sur :
Affreux, sales et méchants

Encore un inédit de taille chez Delcourt, puisqu'il s'agit ni plus ni moins de la dernière création du plus féroce, imaginatif et talentueux des scénaristes contemporains. Une œuvre mineure dans la bibliographie du papa de Damian Wayne, mais tout de même un sacré morceau de lecture !

Alors qu'il est en train de mettre la touche finale à son long run consacré au Batman, le scénariste Grant Morrison commence à réfléchir à la suite de sa carrière, post-super-héros. Et alors qu'il lui reste encore à livrer ses scripts de Wonder Woman: Earth-One et Multiversity (ses deux derniers travaux pour DC), le voilà qui s'autorise une petite récréation bien délirante, qui va trouver preneur chez Image Comics. Mais qui dit récréation ne veut pas forcément dire travail bâclé. Loin de là ! Car si Happy! peut être considéré comme un Morrison mineur, il n'en reste pas moins que l'auteur toujours s'applique à livrer le meilleur job possible, quand bien même il s'agirait d'une minisérie en quatre épisodes. Ce qui frappe d'emblée à la lecture de ce comics au titre ironique, c'est la volonté de Morrison (et de son dessinateur, mais on y reviendra) de se lâcher dans le vulgaire, le sanguinolent et le déviant, bref, tout ce qui pourrait être considéré comme politiquement incorrect. Protagoniste alcoolique et immoral, tueur à gage sadique adepte de la torture, Père Noël pédophile et autres joyeusetés sont donc au programme d'une œuvre qui se vautre dans le mauvais goût avec une jubilation qui force le respect. Mais croire que ce virulent Happy! ne se limite qu'à montrer les exactions de personnages tous plus impardonnables les uns que les autres, se serait passer à côté du cœur du projet.

 

le drôle de noêl de Nick Sax


Ce n'est pas nouveau, mais Grant Morrison a toujours milité pour un retour du merveilleux dans les comics, dans ses œuvres mainstream comme dans ses projets plus personnels, et n'a jamais cessé de repousser les limites du média, particulièrement dans sa volonté régulière de briser le fameux 4ème mur. En ce sens, Happy! réemploie des éléments de la saga Batman R.I.P., l'utilisation du personnage-titre (une licorne bleue ailée) rappelant celle de Bat-Mite, l'elfe de la 5ème dimension (celle de l'imagination). Ami imaginaire d'une petite fille en détresse, semblant parfois s'adresser directement au lecteur, Happy le cheval tranche violemment avec l'ambiance poisseuse et déliquescente de l'intrigue, son design cartoonesque et sa fourrure bleue pétante ne remettant jamais en cause son statut de création de l'esprit. C'est d'ailleurs là que l'apport consistant de Darick Robertson se fait sentir. Le style réaliste (sur les visages, les décors ou les giclées de sang) du dessinateur de The Boys s'accorde parfaitement au récit de Morrison, et il livre ainsi quelques passages mémorables, dont on retiendra l'apparition choquante d'un tueur au marteau fan de fellation en habit de cafard géant ! Marchant parfois sur les traces du conte moral à la Dickens (en version trash, s'entend), Happy! déroule donc son jusqu'au-boutisme avec l'énergie et la finesse d'un éléphant dans un magasin de porcelaine. Alors certes, on est loin des apothéoses du démiurge écossais, mais en tant que « récréation », cette délirante intrigue de Noël se savoure pour ce qu'elle est, une bière à la main et le sourire aux lèvres.

Frédéric Wullschleger


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020