STAR WARS - LA GENèSE DES JEDI T.1 : L’EVEIL DE LA FORCE
Star Wars : Dawn of the Jedi Vol.1 - Etats-Unis - 2012
Image de « Star Wars - La Genèse des Jedi T.1 : L’Eveil de la Force »
Dessinateur : Jan Duursema
Nombre de pages : 160 pages
Distributeur : Delcourt
Date de sortie : 20 février 2013
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Star Wars - La Genèse des Jedi T.1 : L’Eveil de la Force »
portoflio
LE PITCH
Sur la planète Tython, une organisation de moines guerriers maintient la paix grâce à un mystérieux pouvoir bientôt connu sous le nom de Force. Mais un étranger s'apprête à ouvrir les portes de la Galaxie au Côté Obscur et au chaos. La naissance de l'Ordre Jedi est imminente...
Partagez sur :
Lost world

Ca bouge du côté de Star Wars et l'annonce de nouveaux films risque de perturber considérablement la Force et en particulier l'univers étendu brillamment travaillé depuis des années par l'éditeur Dark Horse. Dernière preuve de leur vitalité, La Genèse des Jedi a tout simplement l'ambition de conter la création de l'ordre religieux le plus célèbre après le Vatican (ou presque).

Pourtant le passé du Space Opera créé par George Lucas, les fans pensaient le connaître déjà par cœur, entre les deux superbes RPG Knights of the Old Republic et les comics La Légendes des Jedi (Tales of the Jedi) qui dès 1996 suivaient le retour en grande pompe des premiers Sith et illustraient volontairement une chevalerie entre technologie et traces médiévales. La Génèse des Jedi va en fait beaucoup, beaucoup plus loin, remontant jusqu'à -36000 avant la fameuse bataille finale d'Un Nouvel Espoir. A long time ago... A very long time ago... Une époque pourtant déjà marquée par les voyages intergalactiques, mais où les premiers Jedi ne sont encore qu'une étrange secte emportés par d'immenses pyramides volantes (les Tho Yor) vers une planète vibrant au son de la Force. La découverte des premiers pouvoirs, la création de la philosophie Jedi, la hiérarchie entre maîtres et apprentis... Les pièces se mettent en place et surtout les premières erreurs affleurent lorsque par besoin d'équilibre ceux qui puisent dans le côté obscur se retrouvent exilés sur un satellite désertique.  

 

a la source

 

Déjà aux commandes sur les excellents volumes de Clone Wars (bien meilleur que la série animée actuelle), John Ostrander et Jan Duursema savent bien qu'à l'instar d'un Legacy se déroulant plus de 100 ans après les longs-métrages, les comics Star Wars ne sont jamais aussi passionnants que lorsqu'ils explorent des terres inconnues. Tout est là, la mythologie, les règles en construction, l'apparition du premier sabre laser, mais tout est du même coup assez nouveau et extrêmement libre, permettant au duo de rendre hommage à l'oeuvre matricielle tout en apportant une vision nouvelle, plus biblique, à ce monde de légende, où la Force n'a jamais autant ressemblé à de la magie. Un contexte relativement exotique où débarque Xesh, le limier des Rakata (peuple conquérant évoqué pour la première fois dans Knights of the Old Republic), esclave éduqué pour chasser les siens, machine de mort christique que l'on imagine au centre des enjeux des futurs tomes. Ostrander maîtrise toujours autant son propros, oscillant entre le pontifiant des grandes sagas et une énergie plus immédiate pour décrire les antagonismes entre les trois apprentis encore têtes brulées, et surtout laissant au talent de Jan Duursema le soin d'explorer à nouveau les visions spectaculaires d'une planète en plein cataclysme, d'un simple jedi confronté à un ver géant ou à des émanations de la Force qui lient tous les maîtres dans une communion spirituelle. L'illustratrice compense toujours l'instabilité de certains de ses dessins (les visages sont bizarrement aléatoires) par un dynamisme constant et une grandiloquence indispensable. On ne sait pas ce que nous réserve le futur de la franchise (retour de Star Wars chez Marvel), mais en tout cas Dark Horse réussit une nouvelle fois à ouvrir un pan entier de l'arrière cour de La Guerre des étoiles.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020