ANIMAL MAN T1 : LA CHASSE
Animal Man #1-8 - Etats-Unis - 2011/2012
Image de « Animal Man T1 : La Chasse »
Dessinateur : Foreman Travel
Scenariste : Lemire Jeff
Nombre de pages : 144 pages
Distributeur : Urban Comics
Date de sortie : 26 octobre 2012
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Animal Man T1 : La Chasse »
portoflio
LE PITCH
Buddy Baker est un super-héros de troisième zone, dont les pouvoirs le lient au monde animal. Sa carrière d’acteur est sur le point de décoller quand sa fille, Maxine, se découvre elle aussi des aptitudes surnaturelles. La quête qu’entame Buddy pour découvrir les causes de cette mutation va l’entraîner aux confins de l’étrange et de l’horreur.
Partagez sur :
Nouvelle espèce

Relancé avec tambours et trompettes, l'univers DC a forcément misé dans ses nouvelles séries sur des versions revisitées des icones habituelles : Batman, Green Lantern, Superman, Wonder Woman... mais celle qui a fait le plus grand bruit est étrangement Animal Man. Un second couteau qui retrouve la voie du culte.

 

Pas toujours facile d'être un super héros. En particulier lorsque l'on s'appelle Animal Man et que notre seul pouvoir est celui de copier les habilitées des animaux qui passent dans le coin. Depuis sa naissance en 1965 sous l'impulsion de Dave Wood et Carmine Infantino et jusqu'à la fin des années 80, on ne peut pas dire que ses aventures aient brillé par autre chose que leur nature kitsch. Mais voilà que Grant Morrison se penche un jour sur cette série et ré-imagine en totalité sa nature, lui donnant le statut très rare du héros conscient des événements pré-Crisis (et donc avant la réécriture globale de l'univers DC). Au personnage de s'envoler dans des péripéties totalement délirantes intégrant une réflexion sur la réalité, la création artistique, l'amenant jusqu'à rencontrer un certains... Grant Morrison ! Un run indispensable, qui aura aussi énormément axé sa série sur sa petite vie de famille et sa position de figure de militant écologique. Depuis, retour au néant, ou pas tout à fait puisque lors du derniers relaunch (le fameux « New 52 »), Animal Man faisait partie de l'équipe de tête. Travaillant clairement sur la mémoire collective de son âge d'or, la nouvelle série impose immédiatement un retour aux tonalités plus adultes, réflectives et évacue les vieux restes (se rapprochant par cela du renouveau d'Aquaman), au point de le jumeller plus que jamais à l'univers du Swamp Thing (la trame des deux publications va rapidement se rejoindre).

 

the Green Death

 

Une opération qui lui donne presque la place fraîchement délaissée par John Constantine du détective de l'ésotérisme. Après l'amusant Frankenstein and the Creatures of the Unknown, Jeff Lemire imprègne directement le personnage dans l'univers mature de Vertigo (ou tout comme) et imagine une fresque familiale haletante autour des nouveaux pouvoirs de la fille d'Animal Man. La plupart du temps en jean ou n'arborant que la moitié du costume, le héros (Buddy Baker de son vrai nom), abandonne le plus souvent ses attitudes de super-héros, s'affirmant alors surtout comme un père, un mari confronté à une apocalypse ésotérique annoncée. Une BD d'horreur à la fois intimiste (la menace frappe la cellule familiale) et globale, le premier run d'Animal Man revitalise avec pertinence la licence, glisse gracieusement vers une terreur sourde, malsaine et horriblement organique. Des déviances visuelles (monstres métamorphes, effets gores, délires psychédéliques) dans lesquelles excelle carrément Travel Foreman (The Immortal Iron Fist) totalement libéré dans ses planches jouissives, déconstruites où se percutent les différents univers. Toujours entre le réel et le cauchemar, son dessin est pourtant excessivement lumineux, soulignant autant les aspects cradingues que soap de l'album. Le lecteur ne sera pas toujours autant convaincu de ses séquences plus terre à terre, montrant des corps et des visages inégaux, mais le tableau d'ensemble risque de laisser des traces. Vu le succès remporté par ce nouvel Animal Man aux USA, gageons que ce reboot ne va pas se faire oublier de sitôt.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020