BLUE
Japon - 1990
Image de « Blue »
Dessinateur : Naoki Yamamoto
Scenariste : Naoki Yamamoto
Nombre de pages : 208 pages
Distributeur : Imho
Date de sortie : 4 octobre 2012
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Blue »
portoflio
LE PITCH
Des affres d’un éternel d’étudiant en mal de sexe, aux déboires amoureux de jeunes provinciales, en passant par un salaryman adepte de la prostitution, c’est toute la complexité des sentiments et des relations humaines qui s’étalent pour le meilleur et pour le pire dans ces pages.
Partagez sur :
Diabolo menthe

Grand maître du manga érotique, Naoki Yamamoto a connu au japon un énorme succès avec ce recueil de 7 histoires, réédité à plusieurs reprises sur l'archipel. Mieux vaut tard que jamais, le volume parvient enfin jusqu'en France, et va permettre à beaucoup de découvrir ce regard à la fois tendre et cruel sur les désillusions de ses jeunes personnages.  

 

Actuellement très occupé par sa série historique consacrée à l'Armée Rouge japonaise, Naoki Yamamoto est devenu presque une institution au Japon. Un auteur honorable et prolixe dont on ne connaît finalement pas grand-chose en France... Si ce n'est le merveilleux Asatte Dance (7 tomes chez Tonkam), chronique comique et un peu érotique d'un couple de jeunes gens qui confondent pulsions sexuels, amours et appât du gain sur fond d'études ratées et de compagnie théâtrale amateur. Un véritable régal d'humour et de sensibilité nostalgique dont on retrouve la tonalité dans les premières histoires qui composent ce recueil sobrement intitulé Blue. Une compilation d'œuvres de jeunesse, dont la principale connexion est de décrire les pulsions sexuelles frénétiques de ses personnages. Les hommes s'empressent de déshabiller leurs conquêtes, d'explorer leur corps de toutes les manières possibles, de s'y oublier avec ferveur... De drôles d'animaux puisque post-coït ces pauvres garçons se découvrent définitivement amourachés, victimes, presque, de leur dépendance. Une trajectoire ironique, loin de la conquête virile habituelle, surtout qu'ici les filles ont tendance à les faire tourner en bourrique.

 

jeunesse lointaine


Véritables maîtresses de leurs désirs, de leur corps et de leurs charmes, celles-ci en jouissent à loisir pour obtenir leurs quatre volontés, que ce soit pour oublier une relation mal-achevée, une nuit protégée de ses propres fantômes, un passe-temps agréable dans un bled perdu, ou une drogue appelée Blue. Pas étonnant d'ailleurs que le présent volume ait gardé le nom de cette nouvelle graphique, tant cette substance semble le mélange parfait entre l'aphrodisiaque et la source d'une nostalgie rétroactive. Avec son trait gracile, ses jeunes filles délicates doucement détourées, ses garçons toujours un poil caricaturaux, la précision de ses décors et de son découpage, Naoki Yamamoto démontre une nouvelle fois son talent graphique, mais aussi son talent pour décrire les pulsions et sentiments de l'adolescence, entre regards perdus vers l'avenir et abandon total. Etonnant de voir comment en quelques lignes et quelques cases, il réussit à rapprocher deux adolescents cinéphiles, et à transformer un timide premier contact en un appétit dévorant, simple reflet de leur besoin d'évasion. Avec une pointe d'humour (mais presque tragique), un soupçon de fantastique imprévisible, l'auteur montre qu'à cet âge, premier amour rime souvent avec découverte de la sensualité, exaltation du contact et du regard, mais aussi avec un désarroi qui laisse des traces. Les dialogues sont justes, les planches aussi érotiques que poétiques, et même lorsque l'auteur verse dans le burlesque, il conserve une distance savoureuse. Un conte improbable autour d'un roi qui profite de jeunes filles espérant se faire féconder, une demoiselle entre les mains d'un infirmier pervers fantôme... Les quelques dernières pages ne sont pas aussi mémorables que les premières, mais on peut bien pardonner une petite récréation.  Une œuvre subtile donc, qui va bien plus loin que du simple « hentai ».

Nathanaël Bouton-Drouard




Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021