MONA STREET
Italie - 1988/2001
Image de « Mona Street »
Dessinateur : Leone Frollo
Scenariste : Leone Frollo
Nombre de pages : 184 pages
Distributeur : Delcourt
Date de sortie : 5 octobre 2011
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Mona Street »
portoflio
LE PITCH
1920. Mona Street est une jeune Américaine à peine sortie de l'université de Boston. Sublime, elle porte un soin extrême à ses tenues, porte-jarretelles, dessous en dentelle et bas noirs. Dans des lettres, elle détaille ses jeux sexuels : aventures saphiques, souvenirs du collège, nombreux amants, jeunes garçons pleins d'entrain ou vieux dragueurs invétérés... pour s'en moquer le plus souvent !
Partagez sur :
Le miel et les abeilles

Depuis longtemps introuvables, les aventures sexuelles de Mona Street reviennent en France sous la forme d'un volume ''intégrale'' contenant les deux tomes originaux, auxquels viennent s'ajouter avec espièglerie quelques friandises inédites. Un peu de sucrerie n'a jamais fait de mal à personne.

 

Auteur polisson et paillard des deux volumes de Casino, Leone Frollo a depuis délaissé la bande dessinée pour se consacrer à une vision plus directe de l'érotisme par le biais d'illustrations travaillées à l'aquarelle, au crayon et/ou aux pastels. Mais avant de passer la main, il aura tout de même utilisé les aventures de sa petite Mona Street pour expérimenter un trait de plus en plus fin, des formes de plus en plus esquissées, donnant lieu à quelques pages d'ailleurs restées à l'état de crayonnés feutrés, et donc particulièrement sensuels. Non pas que son héroïne en manque, justement, puisqu'avec sa chevelure blonde, ses rondeurs généreuses et son petit sourire espiègle, elle ne laisse planer que peu de mystère : certes la miss est jeunette mais elle a déjà tout, ou presque, de la chevaucheuse expérimentée. Un visage d'ange et un corps de déesse diront certains, qui lui permettent de détourner un corps enseignant féminin trop exclusif, d'expérimenter dans les bordels ou tout simplement de jouer la garce sans avoir trop l'air d'y toucher (et pourtant !).

 

un sacré boulevard

 

Mutine, juste ce qu'il faut de perverse, l'héroïne étale ainsi en rédigeant son journal intime ses aventures lesbiennes dans son internat dirigé par des matrones sadiques, quelques réunions entres copines (dont les garçons font souvent les frais) ou même un voyage à Venise. Une escale tardive qui permet d'ailleurs à l'album de s'éloigner sensiblement du catalogue de la parfaite petite coquine pour flirter avec les romans pornos plus fantasque mêlant tortures SM, bourgeois expérimentant sur sa soubrette, secte mystérieuse et gangs de gondoliers. Un joyeux bordel (...) pour une BD qui ne manque pas d'humour, à défaut de se montrer véritablement exotique dans les pratiques illustrées ou aventureuse dans sa narration. Leone Frollo est un maître du dessin, particulièrement à l'aise dans cette esthétique froufrouteuse des années 20, mais ne réussit jamais à dépasser ses propres limites scénaristiques. Les érotomanes avertis ne bouderont sans doute pas leur plaisir entre une petite gâterie en bord de mer, une révision des règles d'hygiène avec tantine ou des essayages dans une cabine avec miroir sans teint et autres festivités, mais persiste cette sensation qu'un tel talent aurait clairement pu aboutir à une œuvre plus extravagante.  

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020