NOIRS DESSEINS – L’INTéGRALE
Rendez-vous fatal / Trois filles sur le net - Italie / France - 1996 / 1998
Image de « Noirs Desseins – L’intégrale »
Dessinateur : Milo Manara
Scenariste : Milo Manara
Nombre de pages : 96 pages
Distributeur : Drugstore
Date de sortie : 19 octobre 2011
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Noirs Desseins – L’intégrale »
portoflio
LE PITCH
Une femme somptueuse est abusée chaque jour par une brute, en paiement des intérêts de la dette contractée par son politicien de mari. Deux jeunes femmes colocataires s'exhibent devant des caméras vidéo pour gagner leur vie. Jusqu'à ce que la sœur de l'une d'elles, victime de son attraction pour un pervers, fasse entrer le danger dans l'appartement…
Partagez sur :
Expositions

Drugstore continue la réédition des œuvres du maître de l'érotisme italien, Milo Manara. Réunis depuis quelque temps déjà, les deux albums qui constituent Noirs Desseins ne sont pourtant pas du même moule, ni du même tonneau.

 

Plutôt connu pour ses créations propres aux fantaisies érotiques ou aux aventures débridées, Milo Manara (Le Déclic) a signé dans sa bibliographie deux albums se rapprochant plus du polar ou du thriller noir, où s'imbriquent crimes, parties de jambes en l'air et perversion. Désormais réunis en un seul et même volume, les deux récits ne sont pourtant pas franchement comparables. S'inscrivant dans l'air du temps, s'imprégnant des nouvelles technologies, Trois filles sur le net s'intéresse comme son nom l'indique aux liens existant entre les fantasmes, l'intimité et les sites pornographiques pseudo-amateurs. De jolies jeunes filles tentent donc d'attirer l'internaute en corsant un peu leurs activités en partage. Une caresse par-ci, un coup de langue par-là, Manara est clairement en terrain connu et expose avec savoir-faire les formes généreuses et attirantes de ses héroïnes. Mais le chemin et balisé et l'on peine à trouver là une quelconque nouveauté, même lorsqu'une troisième donzelle s'ajoute à la fête et que son ex pervers et harceleur devient le dindon de la farce. L'auteur passe à côté de son sujet à force de fouloir tâter de la fesse et tourne le tout à la gaudriole, sans doute par habitude.

 

Mise à nue

 

Ce n'est heureusement pas du tout le cas de Rendez-vous fatal, drame scabreux et terriblement malsain qui montre l'avilissement total d'une jeune femme. Devenue la marchandise d'un prêteur sur gage qui prend en nature ce que le mari est incapable de payer, la BD se refuse justement à toute érotisation et présente la sexualité comme une violence aberrante (le viol n'est pratiqué que par derrière, par principe d'humiliation), infligée à la victime où qu'elle soit chaque jour, à 18h. Elle a beau s'échapper, l'homme de main la retrouve systématiquement. Torture physique autant que psychologique, Rendez-vous fatal installe avec brio et économie un monde moderne peuplé de machistes inhumains et manipulateurs, et désarçonne subtilement lorsque la relation entre la matérialiste Valéria et son agresseur Ursus vire subtilement. Psychologiquement perturbant, Rendez-vous fatal est une œuvre à part dans la carrière de Manara et cache sous son noir et blanc limpide et une ligne réaliste un trésor de noirceur. Se procurer cet album tout seul n'aurait dès lors rien d'incongru.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020